Les donateurs promettent 1,8 milliard de dollars pour la transition difficile du Soudan

Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok

Les pays donateurs étrangers ont promis 1,8 milliard de dollars lors d’une conférence organisée par l’Allemagne pour aider le Soudan à atténuer une crise économique entravant sa transition vers la démocratie après la chute de l’homme fort Omar al-Bashir.

L’Union européenne a promis 312 millions d’euros (350,13 millions de dollars), les États-Unis 356,2 millions de dollars, l’Allemagne 150 millions d’euros, la France 100 millions d’euros et la Grande-Bretagne 150 millions de livres sterling pour les programmes humanitaires et de développement, dont le principal prévoyait des transferts en espèces aux familles pauvres avec les l’aide de la Banque mondiale, ont déclaré des responsables lors de l’événement en ligne.

L’Arabie saoudite, qui a déclaré avoir donné au Soudan 500 millions de dollars au cours de la dernière année, n’a donné que 10 millions de dollars. Les Émirats arabes unis ont fait un don de 50 millions de dollars.

Les deux pays du Golfe avaient promis au Soudan une subvention de 3 milliards de dollars sous forme d’espèces et de produits de base après le renversement militaire de Béchir en avril 2019, mais on ne sait pas combien de choses ont atteint le pays au total.

La Chine et l’Espagne figurent parmi les pays qui proposent d’aider le Soudan à alléger sa dette, qui s’élève à environ 56 milliards de dollars.

David Malpass, de la Banque mondiale, a déclaré que l’institution était en train d’obtenir une «subvention d’apurement des arriérés» de 400 millions de dollars pour le Soudan, qui devrait être approuvée d’ici août.

Le Premier ministre Abdalla Hamdok, qui dirige le Soudan dans le cadre d’un accord de partage du pouvoir transitoire et précaire avec les militaires depuis le renversement de Béchir lors d’un soulèvement l’année dernière, cherche désespérément plus de soutien étranger.

A LIRE AUSSI:   Mauritanie: une diplomate limogée après un tweet jugé antisémite

Hamdok a déclaré dans ses déclarations d’ouverture que sans lui, l’instabilité pourrait se propager dans une région instable de l’Afrique de l’Est et du Nord-Est et que les jeunes mécontents continueraient de migrer par mer vers l’Europe.

«Nous attendons de nos partenaires qu’ils nous aident à réussir la transition», a-t-il déclaré. «Je ne veux pas peindre un tableau rose. Toute transition est compliquée et il y a tellement de défis. »

L’inflation a atteint 100% par an le mois dernier et la devise du Soudan a plongé à 141 pour un dollar sur le marché noir contre 55 au taux officiel.

Les promesses étaient bien en deçà des 8 milliards de dollars d’aide qui, selon Hamdok, en août dernier, étaient nécessaires pour redresser une économie en crise depuis que le Soudan a perdu presque toutes ses recettes pétrolières lorsque le Soudan du Sud a fait sécession en 2011.

Le régime de trésorerie familial estimé à 1,9 milliard de dollars semble être la clé pour atténuer le coup causé par la suppression du carburant et d’autres subventions demandées par les donateurs potentiels occidentaux et qui coûtent environ 3 milliards de dollars par an.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

CÔTE D’IVOIRE : Bédié, le dernier ring d’un éléphant qui hennit

Read Next

L’opposition du Malawi revendique la victoire à la reprise des élections présidentielles