L’opposition du Malawi revendique la victoire à la reprise des élections présidentielles

Le chef du Parti du Congrès de l’Opposition, Malawi, Lazarus Chakwera

L’alliance d’opposition du Malawi a revendiqué jeudi la victoire de son candidat Lazarus Chakwera lors d’une nouvelle élection présidentielle de 2019, annulée par les tribunaux pour fraude.

Le vote de mardi a été considéré comme un test de la capacité des tribunaux africains à lutter contre la fraude électorale depuis que le pouvoir judiciaire du Malawi a exaspéré le président Peter Mutharika en février en annulant le résultat du vote de l’année dernière.

« Avec tous les votes … comptabilisés, il est maintenant clair que les Malawiens ont donné à l’opposition (l’opposition) … le mandat de gouverner ce pays pour les cinq prochaines années », a déclaré un communiqué de l’Alliance Tonse de Chakwera.

«Les Malawiens ont enfin récupéré leur destin.»

Un porte-parole de l’alliance de Mutharika n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Mercredi, les médias publics et privés du Malawi ont donné à Chakwera une confortable avance de 55%, avec près des trois quarts des votes comptés, contre 40% pour Mutharika.

Jeudi, lors d’une conférence de presse, le président de la Commission électorale, Chifundo Kachale, a exhorté les Malawites à attendre le résultat officiel, qui prenait du temps à être rassemblé car les bulletins de vote devaient être ramenés au siège social depuis des endroits à travers la nation sud-africaine au bord du lac.

Une victoire pour Chakwera serait un renversement spectaculaire du scrutin discrédité de l’année dernière qui a rendu la présidence au président en exercice, qui est au pouvoir depuis 2014.

Les responsables électoraux ont déclaré que le jour du scrutin mardi était en grande partie pacifique, à l’exception de certains rapports sporadiques de violence dans les bastions de l’opposition, et le Malawi est resté calme en attendant le résultat.

A LIRE AUSSI:   En Tunisie, des robots pour faire respecter le confinement

Le résultat annulé a forcé un changement dans le système électoral, échangeant un «uninominal majoritaire à un tour» pour un système dans lequel le vainqueur doit obtenir plus de 50% des voix.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les donateurs promettent 1,8 milliard de dollars pour la transition difficile du Soudan

Read Next

Mali: les efforts pour trouver une solution à la crise politique se poursuivent