Le président tanzanien soutient un officiel qui a battu les étudiants avec un bâton

Le président tanzanien John Magufuli a apporté vendredi son soutien à un responsable qui a provoqué l’indignation et violé les règles du pays en frappant plus d’une douzaine d’élèves avec un bâton, et Magufuli a exhorté les parents et les enseignants à faire de même nation.

    «J’ai félicité le commissaire régional pour avoir harcelé les étudiants. Je lui ai dit qu’il ne les avait pas assez battus », a déclaré Magufuli lors d’un rassemblement public dans la région de Songwe, dans les hautes terres du sud.

Magufuli, surnommé « Bulldozer » pour sa discipline, a déclaré que les étudiants méritaient d’être punis parce qu’ils étaient accusés d’avoir incendié des dortoirs. Des critiques, y compris le ministre du gouvernement local, ont déclaré que le responsable avait violé les droits humains des étudiants parce qu’ils n’avaient pas été jugés équitablement. Seuls les enseignants ou les directeurs sont autorisés à administrer les châtiments corporels.

Le dirigeant de la nation est-africaine a déjà fait l’objet d’une controverse. Son gouvernement a refusé de partager des informations sur le virus Ebola, ses chiffres de croissance économique ont été contestés et il a par le passé dit aux femmes tanzaniennes de «libérer leurs ovaires» et d’avoir plus d’enfants.

    Le châtiment corporel est légal dans les écoles tanzaniennes, mais seul un directeur ou un enseignant désigné peut l’administrer.

    Les clips vidéo ont fait des ravages jeudi montrant le commissaire Albert Chalamila, battant un groupe d’élèves du secondaire en violation de la réglementation. Tenant un bâton dans chaque main, on le voit battre les élèves un à un alors qu’ils sont couchés par terre.

A LIRE AUSSI:   Algérie: le parti islamiste MSP se dit prêt à dialoguer avec le président

Les clips ont déclenché la colère publique parmi les Tanzaniens sur les médias sociaux.

    « Je condamne cet acte barbare … le commissaire régional a abusé de ses pouvoirs en punissant les étudiants de manière contraire à la procédure », a déclaré Anna Henga, directrice exécutive du Centre pour la défense des droits de l’homme et la justice, dans un communiqué.

Magufuli a déclaré que les étudiants, accusés d’avoir incendié des dortoirs, ont eu ce qu’ils méritaient.

    «Nous devons utiliser la canne contre les enfants dans les écoles et chez nous. Nous devons avoir une nation disciplinée », a-t-il déclaré.

    Certains diplomates occidentaux se sont plaints de ce que la Tanzanie s’attaquait peu à la justice, aux droits de l’homme et à la règle de droit. Le gouvernement rejette la critique.

    «De quels droits de l’homme parlent-ils?», A déclaré Magufuli, qui a ordonné la suspension de tous les élèves des classes de niveau A de l’école, jusqu’à ce que leurs parents paient les dégâts causés par le prétendu incendie criminel. 

    Le soutien de Magufuli à ce responsable a semblé annuler toute action possible de la part de l’administration régionale et ministre tanzanien, Suleiman Jafo, qui avait auparavant déclaré aux journalistes qu’il demanderait des explications au responsable pour avoir fouetté les étudiants.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

VATICAN : Les nonces, ces mystérieux diplomates du Pape

Read Next

Cameroun : le tribunal militaire ordonne la remise en liberté du principal opposant Maurice Kamto