Cameroun : le tribunal militaire ordonne la remise en liberté du principal opposant Maurice Kamto

Maurice Kamto

Le président Paul Biya a exigé l’arrêt des poursuites judiciaires engagées contre son opposant Maurice Kamto, candidat malheureux de la présidentielle d’octobre 2018.

Le tribunal militaire de Yaoundé a ordonné samedi 5 octobre la remise en liberté du principal opposant camerounais, Maurice Kamto, et de tous les autres opposants présents à ses côtés. Ce jugement survient au lendemain de la décision du président, Paul Biya, d’exiger l’arrêt des poursuites judiciaires engagées contre eux.

« Le tribunal donne acte au ministère public, constate l’arrêt des poursuites » et « ordonne leur mise en liberté s’ils ne sont pas détenus pour autre chose » que ce qui leur est reproché, a déclaré la présidente de la cour, devant laquelle 102 personnes comparaissaient, dont M. Kamto.

« Nous prenons acte de la libération de nos clients, qui n’auraient jamais dû être en prison. Maurice Kamto est libéré », a déclaré Me Sylvain Souop, l’avocat à la tête du collectif de défense de M. Kamto et de ses partisans. Ils sortiront de prison après « les formalités administratives » nécessaires à leur libération, a-t-il ajouté.

Les détenus et militants sont restés calmes dans la salle du tribunal mais ont laissé éclater leur joie à la fin de l’audience. Un détenu et responsable du parti de M. Kamto le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Celestin Djamen, est monté sur un banc pour haranguer la foule.

Au moment où Maurice Kamto est monté dans le camion le reconduisant à la prison pour les formalités administratives, les autres détenus scandaient « Kamto, notre président, le peuple t’a choisi ! ». Un refrain repris régulièrement par ses partisans depuis la réélection de Paul Biya, 86 ans dont trente-sept au pouvoir, à la présidentielle de 2018, dont le MRC conteste les résultats, estimant que leur candidat Kamto, arrivé deuxième, l’avait remportée.

A LIRE AUSSI:   Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

M. Kamto est en prison depuis près neuf mois. Il avait été arrêté à la fin de janvier avec des centaines de ses partisans à la suite de manifestations pacifiques organisées pour protester contre les résultats de la présidentielle.

Lui et plus de 90 de ses partisans étaient, depuis, poursuivis par la justice militaire, notamment pour « insurrection », un crime passible de la peine de mort, même si celle-ci n’est plus appliquée au Cameroun. Leur procès s’était ouvert le 6 septembre et devait reprendre théoriquement mardi.

Cent deux personnes ont comparu samedi devant cette audience spéciale, dont de nombreuses personnalités de l’opposition arrêtées à la suite des manifestations en janvier mais aussi en juin.

Outre M. Kamto, parmi les personnalités dont le tribunal a ordonné la libération, se trouvent l’ex-conseiller économique du président Biya, Christian Penda Ekoka, la charismatique avocate camerounaise Michèle Ndoki ou encore le célèbre rappeur Valsero, connu pour ses textes critiques à l’égard du pouvoir.

Pressions internationales

M. Biya avait annoncé vendredi soir par un tweet l’arrêt des poursuites contre « certains » responsables de l’opposition, notamment ceux du MRC, sans préciser si M. Kamto était concerné.

L’annonce du président Biya était survenue quelques heures après la clôture du grand dialogue national convoqué pour tenter de mettre fin au conflit séparatiste qui ensanglante les deux régions anglophones du pays. La veille, le président avait déjà annoncé la fin des poursuites et la libération de 333 personnes arrêtées dans le cadre de cette crise.

Depuis le début de l’année, les pressions internationales exercées sur Yaoundé tant pour exiger une résolution de la crise dans l’Ouest anglophone que pour demander la libération de M. Kamto se sont intensifiées.

A LIRE AUSSI:   CAN 2019: le Cameroun y sera, le TAS ayant dit «non» aux Comores

Source: Le Monde Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le président tanzanien soutient un officiel qui a battu les étudiants avec un bâton

Read Next

La grande incertitude des électeurs en Tunisie