Près de 600 réfugiés burundais rentrent chez eux alors que le rapatriement en masse commence

Les réfugiés du Burundi qui ont fui la violence et les tensions politiques actuelles arrivent dans le camp de réfugiés de Nyarugusu, dans l’ouest de la Tanzanie

Près de 600 réfugiés ont quitté la Tanzanie jeudi pour rentrer chez eux, au Burundi, pays voisin, ont annoncé les Nations Unies – le premier lot d’un rapatriement massif que certains migrants craignent pourrait les contraindre à faire revenir contre leur volonté.

Des centaines de milliers de Burundais ont fui une vague de violence politique en 2015 lorsque le président Pierre Nkurunziza a présenté sa candidature pour un troisième mandat litigieux et que ses opposants l’ont accusé d’avoir enfreint la Constitution.

Le mois dernier, une commission des Nations unies sur le Burundi a annoncé le risque d’une nouvelle vague d’atrocités alors que l’État sans littoral s’approchait des élections de 2020 avec la crise politique non résolue.

Mais le Burundi et la Tanzanie ont convenu en août de commencer à rapatrier 200 000 réfugiés, affirmant que les conditions au Burundi s’étaient améliorées.

Un responsable du gouvernement tanzanien et les Nations Unies ont déclaré que tous les retours de jeudi avaient été volontaires.

«Tous les réfugiés qui s’étaient inscrits pour rentrer chez eux volontairement de tous les camps se sont rassemblés au camp de Nduta et en sont partis», a déclaré Athuman Igwe, responsable de la coordination des affaires concernant les réfugiés à Kigoma, dans l’ouest de la Tanzanie.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, a déclaré que 590 réfugiés burundais étaient rentrés sur des vols organisés par l’Organisation internationale des migrations (OIM).

Il a déclaré qu’il n’avait pas promu le programme de rapatriement, mais qu’il était prêt à aider tous ceux qui souhaitaient y retourner.

A LIRE AUSSI:   Évacués au Rwanda, les réfugiés de Libye continuent de rêver d’Europe

« Nous exhortons les gouvernements de Tanzanie et du Burundi à respecter leurs engagements de respecter les obligations internationales et de veiller à ce que tout retour de réfugié reste volontaire et qu’aucun réfugié ou demandeur d’asile ne soit renvoyé au Burundi contre son gré », a-t-il ajouté.

Certains réfugiés ont craint d’être renvoyés de force au Burundi après que le ministre tanzanien de l’Intérieur, Kangi Lugola, a déclaré dans une vidéo postée sur Twitter en août que la Tanzanie renverrait « tous les Burundais » parce que « le Burundi est pacifique ».

Source: Reuters /Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

« Non à un troisième mandat sur le continent » en discussion à Niamey

Read Next

Tchad : les élections législatives repoussées à l’année 2020 en dépit des déclarations du président Déby