Le gouvernement soudanais et les rebelles se rencontrent pour des pourparlers de paix à Juba

Mandatory Credit: Photo by Hussein Malla/AP/Shutterstock (10317681b) Gen. Mohammed Hamdan Dagalo, the deputy head of the military council, speaks during a military-backed women’s rally, in Khartoum, Sudan, . Dagalo said the military has identified the perpetrators of the violent dispersal of a pro-democracy sit-in, which left hundreds dead earlier this month. He also warned of impostor troops among the Rapid Support Forces, who protesters blame for the bulk of the killings Khartoum, Sudan – 20 Jun 2019

Le conseil, un gouvernement de transition, a fait de l’établissement de la paix avec les rebelles luttant contre Khartoum l’une de ses principales priorités.

Le fait d’être désigné comme sponsor d’État du terrorisme prive le Soudan de l’allègement de la dette dont il a désespérément besoin et du financement de prêteurs tels que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Le retrait de la liste ouvre potentiellement la porte à l’investissement étranger.

Arrivé à Juba lundi, Mohamed Hamdan Dagalo, membre du conseil souverain et chef des forces paramilitaires de soutien rapide, a exprimé son optimisme.

« Nous allons entamer les négociations avec le cœur ouvert et nous sommes déterminés à rétablir la paix au Soudan », a déclaré Dagalo, également connu sous le nom de Hemedti.

Le conseil a pris le pouvoir en août lorsque des partis civils et militaires et des groupes de protestation ont signé un accord de partage du pouvoir d’une durée de trois ans après des mois de conflit suite au limogeage du président autoritaire Omar al-Bashir en avril.

Le Soudan du Sud a réuni des membres du conseil et des chefs rebelles de plusieurs régions pour les derniers pourparlers.

Des milliers de personnes ont été tuées au cours des guerres civiles au Soudan, notamment dans la région de l’ouest du Darfour, où des rebelles combattent le gouvernement depuis 2003.

En août, des responsables soudanais et des rebelles ont fixé un délai de deux mois pour les pourparlers qui débuteront le 14 octobre.

« Ce devrait être le dernier round de négociations qui devrait s’attaquer aux causes profondes de la guerre et de la marginalisation », a déclaré Yasir Arman, vice-président de l’Armée populaire de libération du Soudan (Nord) (MSPL-Nord).

A LIRE AUSSI:   Soudan: l’opposition réunie à Addis-Abeba pour aplanir ses divisions

« Nous sommes déterminés à ce que 2020 soit l’année de la paix au Soudan. »

Les entretiens porteront éventuellement sur des questions relatives au contrôle de la cessation des hostilités et à la définition de moyens permettant de fournir un accès humanitaire à toutes les régions du Darfour et de la région du Nil Bleu.

La guerre au Darfour oppose des groupes rebelles locaux issus en grande partie de tribus agricoles africaines, qui se plaignent de négligence à l’égard des forces gouvernementales dans le cadre d’un conflit qui a déplacé environ 2,5 millions de personnes. Les combats ont diminué au cours des quatre dernières années, mais les escarmouches persistent.

Source: Reuters Afrique/Mis en Ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Au Mozambique, des élections générales sous haute tension

Read Next

Vue d’Alger, « l’élection tunisienne nous redonne espoir »