L’UE envisage de partager les vaccins COVID-19 excédentaires avec les pays les plus pauvres

L’Union européenne veut mettre en place un mécanisme qui permettrait le partage des excédents de vaccins COVID-19 avec les États voisins plus pauvres et l’Afrique, a déclaré mardi le chef de la santé de l’UE – une décision qui pourrait saper un monde dirigé par l’OMS schème.

Avec une population de 450 millions d’habitants, l’UE a déjà obtenu près de 2,3 milliards de vaccins et candidats COVID-19 de six entreprises, bien que la plupart d’entre eux aient encore besoin d’une approbation réglementaire.

«Nous travaillons avec les États membres pour proposer un mécanisme européen de partage des vaccins au-delà de nos frontières», a déclaré mardi la commissaire à la Santé Stella Kyriakides aux législateurs européens, confirmant un rapport de Reuters de décembre.

Elle a souligné que le mécanisme permettrait de fournir des vaccins aux pays les plus pauvres «avant que COVAX ne soit pleinement opérationnel», faisant référence au programme mondial codirigé par l’Organisation mondiale de la santé mis en place l’été dernier pour assurer une distribution équitable des vaccins contre le COVID-19 à travers le monde.

COVAX est opérationnel mais a jusqu’à présent eu du mal à sécuriser les vaccins. Il a annoncé en décembre des accords pour près de 2 milliards de doses, mais la plus grande partie de ces vaccins a été promise par les fabricants de vaccins dans le cadre d’accords non contraignants, car COVAX manque actuellement d’argent pour les réserver à l’avance.

«Les entreprises ne vous donneront pas de doses si vous ne payez pas à l’avance», a déclaré un négociateur de l’UE en matière de vaccins sous couvert d’anonymat, soulignant que l’initiative de l’UE était le résultat du fait que COVAX n’avait pas répondu aux attentes.

A LIRE AUSSI:   Les cinq axes prioritaires de l’UE relatifs à sa stratégie africaine

Des documents internes consultés par Reuters ont montré en décembre que les co-dirigeants de COVAX voyaient des risques élevés d’échec du mécanisme en raison de fonds insuffisants et d’accords contractuels complexes.Diaporama (2 images)

L’OMS a mis en garde contre les risques pour une distribution équitable causés par la thésaurisation par les pays riches des vaccins disponibles, mais reste publiquement optimiste quant à COVAX et à la possibilité de fournir les premiers vaccins ce trimestre.

Kyriakides a déclaré que le programme de partage des vaccins de l’UE devrait donner la priorité aux agents de santé et aux personnes les plus vulnérables dans les Balkans occidentaux, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et dans les pays plus pauvres d’Afrique subsaharienne.

« Ce mécanisme agirait comme un point unique pour les demandes et un pipeline à travers lequel les doses initiales peuvent être fournies, éventuellement via COVAX », a déclaré un document de la Commission européenne publié mardi.

Il est cependant difficile de savoir si l’UE fera don ou vendra ses doses excédentaires et quand les vaccins pourraient être mis à la disposition de partenaires en dehors du bloc des 27 nations. La Suède a mis en place un mécanisme pour vendre ses vaccins excédentaires. Les décisions relatives au partage des vaccins sont prises par les gouvernements de l’UE.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Emmanuel Macron ouvre la voie à une réduction des troupes françaises au Sahel