Libye: les appels se multiplient pour libérer le journaliste Ismaïl Abuzreiba

Ismaïl Abuzreiba

Les appels des organisations libyennes et internationales à l’adresse des autorités de l’est libyen se sont multipliés pour libérer le journaliste Ismaïl Abuzreiba. Le photographe a écopé de 15 ans de prison ferme devant un tribunal militaire de Benghazi.

Ismaïl Abuzreiba n’a pas porté les armes, il n’est pas milicien et il n’a pas participé à la violence qui secoue le pays ; toute la presse locale le relaie. Pourtant, c’est devant un tribunal militaire, à Benghazi qu’il a comparu en mai. La date de son jugement n’a été communiquée à son avocat que la semaine passé. Il n’a pas pu donc l’accompagner.

Ismaïl Abuzreiba a été enlevé par les forces de Khalifa Haftar dans sa ville natale d’Ajdabya en décembre 2018 alors qu’il couvrait une activité culturelle pour un média local.

Son avocat informé a posteriori affirme qu’aucune preuve n’a été apportée sur les 11 chefs d’accusations qui pèsent contre lui dont « soutien au terrorisme ».

Un jugement inédit

Pour Mohamad al Najem, responsable au centre libyen pour la liberté de la presse, ce jugement est « injuste et n’obéit à aucune règle de droits judiciaires pour les accusés. C’est inédit en Libye » regrette-t-il avant de mentionner : « la Libye est malheureusement influencée par le voisin égyptien où des civils passent devant les tribunaux militaires au nom de la lutte contre le terrorisme ». De son côté,  la mission de l’ONU en Libye demande sa « libération immédiate ».

Source: Rfi Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

A LIRE AUSSI:   Explosion au Grand Musée égyptien, 12 blessés

Tribune d'Afrique

Read Previous

La RDC s’oppose à la reconfiguration d’une brigade spéciale de la force onusienne

Read Next

La mise en œuvre de la Zleca est la vraie réponse à la crise