L’Ethiopie rejette le projet égyptien d’exploitation d’un barrage géant sur le Nil

nil

L’Éthiopie a rejeté mercredi la proposition égyptienne d’exploiter un barrage hydroélectrique de 4 milliards de dollars construit par le pays de la Corne de l’Afrique sur le Nil, aggravant ainsi le différend entre le pays et le projet.

Lors d’une conférence de presse à Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie, Sileshi Bekele, ministre de l’eau, de l’irrigation et de l’énergie a décrit le plan égyptien, y compris le volume d’eau qu’il souhaite que le barrage libère chaque année, comme « inapproprié ».

« La proposition de l’Egypte a été décidée unilatéralement … n’a pas pris en compte nos accords précédents », a-t-il déclaré.

« Nous ne pouvons pas accepter cela … nous allons préparer notre contre-proposition. »

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD), annoncé en 2011, est conçu pour être la pièce maîtresse de la candidature de l’Éthiopie à devenir le plus grand exportateur d’électricité d’Afrique, générant plus de 6 000 mégawatts.

Les deux pays ne sont pas d’accord sur le débit annuel d’eau qui devrait être garanti à l’Égypte et sur la gestion des débits en période de sécheresse.

L’Égypte compte sur le Nil pour 90% de son eau douce et souhaite que le réservoir du GERD libère un volume d’eau supérieur à celui que l’Ethiopie est disposée à garantir, entre autres différends.

«Un expert égyptien ne peut pas contrôler notre barrage», a déclaré Sileshi. Il a décrit le plan égyptien comme une violation potentielle de la souveraineté de l’Éthiopie.

Sileshi n’a pas précisé la quantité d’eau que l’Ethiopie veut libérer, mais l’Egypte souhaite que le barrage libère un minimum de 40 milliards de mètres cubes d’eau provenant de la DIRD chaque année.

A LIRE AUSSI:   La justice tchadienne veut retrouver la confiance du peuple

À la suite de retards dans la construction, l’Éthiopie a déclaré que la DIRD commencerait la production d’électricité d’ici fin 2020 et serait pleinement opérationnelle d’ici 2022.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Mali: le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes

Read Next

A Alger, « le pouvoir se moque de nous, il ne comprend pas que la société a changé »