L’envoyé des Nations unies pour les droits de l’homme déclare que la situation politique et économique du Zimbabwe se dégrade

Clement Nyaletsossi Voule

L’environnement politique et économique du Zimbabwe se dégrade, ce qui suscite de l’inquiétude alors que les espoirs d’une amélioration tant attendue des conditions de vie de la population s’estompent, a déclaré vendredi un envoyé des Nations Unies aux droits de l’homme.

De nombreux Zimbabwéens sont frustrés par le fait que le départ en novembre 2017 du dirigeant de longue date, Robert Mugabe, décédé le 6 septembre à Singapour, n’a pas entraîné de reprise économique rapide ni mis fin aux tactiques brutales des autorités.

Le Fonds monétaire international a déclaré jeudi que Harare devait intensifier ses efforts de réforme.

Clement Nyaletsossi Voule, envoyé spécial des Nations Unies pour le droit de réunion pacifique et d’association, a déclaré aux journalistes, après une visite d’information de dix jours, que les Zimbabwéens mettaient en doute la capacité du gouvernement du président Emmerson Mnangagwa à apporter des changements.

« Bien que la conviction commune qu’une transformation se produise, je crois que les espoirs tant attendus s’estompent », a déclaré Nyaletsossi.

«D’après mes différentes réunions dans le pays, j’ai constaté une grave détérioration de l’environnement politique, économique et social depuis août 2018, qui suscitait la peur, la frustration et l’inquiétude chez un grand nombre de Zimbabwéens.»

Nick Mangwana, secrétaire permanent et principal porte-parole du ministère de l’Information, n’a pu être joint pour un commentaire vendredi.

La victoire électorale controversée de Mnangagwa l’année dernière s’est heurtée à une répression sécuritaire qui a tué six personnes, tandis que plus d’une douzaine de personnes sont mortes en janvier lorsque les forces de sécurité sont intervenues pour réprimer les manifestations de protestation devenues violentes.

A LIRE AUSSI:   Le Zimbabwe accuse l’ambassadeur des Etats-Unis de se comporter en opposant

Le gouvernement a arrêté des dizaines de représentants de la société civile et de l’opposition après les manifestations de janvier et les a accusés de subversion, passible d’une peine de prison de 20 ans.

Nyaletsossi a déclaré que les autorités de Harare devraient retirer les accusations contre les dirigeants de la société civile afin de renforcer la confiance entre le gouvernement et les organisations non gouvernementales et de mettre un terme à la surveillance des groupes par les agents de la sécurité de l’État.

Nyaletsossi, qui présentera son rapport lors de la réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en juin prochain, a également exhorté le gouvernement de Mnangagwa à modifier les lois sur la sécurité afin de permettre des manifestations pacifiques et de lever l’interdiction générale des manifestations.

Le mois dernier, la police et les tribunaux ont interdit au principal parti d’opposition d’organiser des manifestations à l’échelle nationale contre le traitement de l’économie par Mnangagwa, affirmant que ces manifestations constituaient une menace pour la sécurité.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Nigeria: plus de 300 jeunes torturés et violés dans une école coranique

Read Next

Présidents africains : le club des mandats au-delà de la limite constitutionnelle