Le Kenya va demander l’aide du FMI, payer les arriérés et accélérer les remboursements d’impôts sur les coronavirus, selon des responsables

FMI

Le gouvernement du Kenya prévoit de demander de l’aide au Fonds monétaire international, de payer les factures en attente aux fournisseurs et de traiter rapidement les remboursements d’impôts des sociétés pour soutenir l’économie face à la crise des coronavirus, ont déclaré des responsables.

Patrick Njoroge, le gouverneur de la banque centrale, a déclaré mardi lors d’une conférence de presse que le gouvernement demandait une aide d’urgence du FMI pouvant atteindre 350 millions de dollars.

« Il s’agit d’une assistance qui n’a pas les conditionnalités des programmes … une grande partie de cela pourrait être dirigée vers un soutien budgétaire », a déclaré Njoroge, ajoutant qu’un soutien supplémentaire sera recherché auprès de la Banque mondiale.

Le Kenya compte 16 cas confirmés de COVID-19, et la maladie nuit aux exportations touristiques et agricoles cruciales.

Le gouvernement s’attend à ce que la collecte des recettes soit affectée par le ralentissement des importations et de la consommation intérieure, a déclaré lundi à Reuters le ministre des Finances Ukur Yatani.

« Nous examinons les sous-performances résultant uniquement du COVID-19, d’environ 70 milliards (shillings) … en termes de revenus pour les trois mois restants (de cet exercice) », a-t-il déclaré, ajoutant que la situation évoluait vite.

Yatani a déclaré que le gouvernement déplacerait les dépenses prévues vers des projets de développement urgents.

Il prévoit de libérer 49 milliards de shillings (460 millions de dollars) aux fournisseurs pour les factures impayées et d’accélérer le paiement de près de 10 milliards de shillings de remboursements de taxe sur la valeur ajoutée aux entreprises au cours des deux à trois prochains mois, a-t-il déclaré.

A LIRE AUSSI:   Le chef des Nations Unies appelle à davantage de soutien pour le Mozambique frappé par le cyclone

La Banque mondiale met 60 millions de dollars à la disposition du secteur de la santé du Kenya pour l’aider à faire face à l’épidémie.

Le président Uhuru Kenyatta, qui a rencontré des dirigeants d’entreprise, a déclaré lundi que des mesures de relance budgétaire seraient annoncées plus tard cette semaine.

La banque centrale du Kenya a déjà mis en œuvre des mesures de relance, réduisant les taux d’intérêt d’un montant plus élevé que prévu de 100 points de base lundi et réduisant le montant de liquidités que les banques doivent détenir en tant que réserves.

Il permet également aux emprunteurs de restructurer les prêts s’ils rencontrent des difficultés en raison de l’épidémie.

Yatani a déclaré que le gouvernement et les entreprises cherchaient de nouvelles sources d’importations de matières premières pour maintenir les industries pendant la crise.

« Nous avons déjà des problèmes avec l’afflux d’intrants (matériaux) … les intrants sont retardés ou ne se déplacent pas comme requis », a-t-il déclaré.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Covid-19 : vers la cessation des activités minières en RDC

Read Next

Malawi : le nouveau scrutin présidentiel fixé au 2 juillet