L’Afrique du Sud, Zuma, menace les ennemis de l’ANC après la clôture de l’enquête sur la corruption

L’ancien président sud-africain, Jacob Zuma, a menacé vendredi le parti au pouvoir, le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), après avoir obtenu une concession pour avoir été interrogé dans le cadre d’une enquête sur la corruption.L’ancien président sud-africain Jacob Zuma comparaît devant la Commission d’enquête sur la capture d’État à Johannesburg (Afrique du Sud), le 19 juillet 2019. REUTERS / Mike Hutchings

L’enquête porte sur des allégations selon lesquelles Zuma, évincé par le parti du Congrès national africain (ANC) en février 2018, aurait permis à ses copains de piller les ressources de l’État et d’influencer les nominations aux postes de direction lors de ses neuf années au pouvoir.Zuma, âgé de 77 ans, a longtemps nié tout acte répréhensible et s’est plongé dans son témoignage à l’enquête cette semaine, se plaignant d’avoir été interrogé injustement.

« Certains disent que ce vieil homme est en colère », a déclaré Zuma à des centaines de sympathisants d’un stade dans un parc du centre-ville de Johannesburg vendredi après la clôture de l’enquête.

«Tout ce que je dis, c’est que les gens doivent faire très attention. Quand je dis que je vais dire des choses à leur sujet, je le pense vraiment.

Plus tôt cette semaine, Zuma a accusé un proche camarade de la lutte de libération d’être un espion pour le gouvernement de l’apartheid et des services de renseignement étrangers. Il a ajouté que l’ANC avait été infiltré par d’autres espions.Zuma sera désormais autorisé à soumettre des déclarations écrites à l’enquête sur des incidents où d’autres témoins l’ont impliqué dans des actes répréhensibles, au lieu d’être interrogé en public par une équipe juridique.

A LIRE AUSSI:   L'Afrique du Sud adoptera la production d'électricité privée, selon Ramaphosa

Zuma reviendra pour témoigner en public ultérieurement, mais on ne sait pas quand.

CORRUPTION «AMORPHE»

L’avocat de Zuma, Muzi Sikhakhane, a déclaré au juge principal chargé de l’enquête que Zuma avait été soumis à un « contre-interrogatoire implacable ».

« Cet animal appelé corruption est amorphe, nous ne savons pas qui est réellement corrompu », a ajouté Sikhakhane.

Zuma a menacé vendredi de se retirer de l’enquête mais a retiré cette menace lorsque sa demande d’un interrogatoire plus clément a été acceptée.L’ANC est divisé en deux grandes factions, l’une fidèle à Zuma et l’autre à son successeur, le président Cyril Ramaphosa.

Ramaphosa est en train de mettre de l’ordre dans ses affaires et les analystes affirment que si l’enquête ne liait pas Zuma à des actes répréhensibles graves, cela pourrait nuire à la crédibilité du président.Ramaphosa a subi son propre revers vendredi lorsque le vigile anti-corruption sud-africain a déclaré qu’il avait « délibérément induit en erreur » le Parlement au sujet d’un don qu’il avait reçu pour sa campagne électorale de 2017 pour la direction de l’ANC.

Les procureurs suivent l’enquête Zuma et pourraient ouvrir des poursuites si suffisamment de preuves sont réunies.Mais Zuma, qui était chef des services de renseignement de l’ANC hors-la-loi sous l’apartheid, est un opérateur malin qui a survécu à plusieurs votes de censure avant son éviction.

Lundi, il a déclaré à l’enquête qu’il avait été victime d’un complot vieux de plusieurs décennies.Il a nié avoir fait quoi que ce soit d’illégal avec ses amis les Guptas, trois hommes d’affaires nés en Inde qui ont remporté des contrats publics lucratifs à l’époque de Zuma au pouvoir, répétant: «Je ne sais rien».

A LIRE AUSSI:   Zone de libre-échange continentale : l'Afrique du Sud étudie les opportunités

Les Guptas, qui n’ont pas comparu à l’enquête, ont nié avoir utilisé leur relation avec Zuma pour piller les ressources de l’État

Source: Reuters/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Madagascar : Christian Ntsay nommé Premier ministre pour la deuxième fois consécutive

Read Next

Bénin: un an de prison avec sursis et inéligibilité requis contre Lionel Zinsou