La banque centrale du Kenya a «  beaucoup de puissance de feu  », selon le gouverneur

Le gouverneur de la Banque centrale du Kenya, Patrick Njoroge, à Nairobi, Kenya, le 28 novembre 2018. REUTERS / Njeri Mwangi / File Photo

Le gouverneur de la banque centrale du Kenya a déclaré jeudi que les décideurs politiques avaient encore beaucoup de puissance de feu pour limiter les dommages causés à l’économie du pays par la crise des coronavirus.

Les décideurs politiques ont abaissé le taux de référence de 125 points de base au début de la crise, abaissé les réserves de liquidités des banques commerciales et leur ont permis de restructurer les prêts en difficulté.

«Nous avons beaucoup de puissance de feu … Nous avons encore beaucoup de ces (outils). Nous sommes prêts à les utiliser au besoin, si nécessaire, mais pour le moment, le MPC a jugé qu’il valait mieux attendre », a déclaré Patrick Njoroge lors d’une conférence de presse en ligne, faisant référence à la décision de la banque de maintenir les taux mercredi.

Njoroge a déclaré que le beau temps avait stimulé les volumes de production et les exportations de cultures clés comme le thé.

Un rebond des exportations de fleurs, ainsi qu’une production plus élevée prévue d’autres cultures comme le maïs et une production plus élevée de ciment, ont promis une reprise économique plus rapide que prévu, a-t-il déclaré.

«Tout cela indique une forte croissance en 2020 malgré COVID», a-t-il déclaré, ajoutant que les prévisions de croissance économique de la banque seraient bientôt publiées.

Il a abaissé la prévision de déficit du compte courant pour cette année à 5,1% du PIB par rapport à la prévision précédente de 5,8%.

Il a cité une performance meilleure que prévu des espèces en espèces envoyées par les Kenyans vivant à l’étranger, connus sous le nom d’envois de fonds, et le rebond des exportations agricoles.

A LIRE AUSSI:   Chronique de Théo Ananissoh (6): L’humain est un être de soins

La banque centrale s’attend désormais à ce que les envois de fonds augmentent de 1% cette année, une amélioration de sa prévision initiale d’une baisse de 12,3% due au COVID-19.

La banque centrale n’a pas été préoccupée par la récente dépréciation du shilling, qui recule de 6,3% par rapport au dollar cette année à ce jour.

«Nous pensons toujours que ces chiffres (la baisse du shilling) sont appropriés compte tenu des circonstances», a-t-il déclaré.

Le comité de politique monétaire de la banque s’est réuni à nouveau pour revoir les taux tous les deux mois, a-t-il déclaré, après avoir commencé à se réunir tous les mois en mars en raison de la crise des coronavirus.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La Suisse lance une enquête criminelle sur le patron de la FIFA, Infantino