Kenya: le suspect de corruption doit démissionner vu son impact plus large

La décision d’un juge kényen selon laquelle un gouverneur de comté accusé de corruption doit se retirer en attendant son procès pourrait avoir de vastes ramifications dans le pays, où de hauts responsables sont souvent accusés de corruption mais rarement condamnés.

Des experts en gouvernance ont déclaré lundi que la décision de la semaine dernière pourrait servir de précédent dans d’autres affaires de corruption très médiatisées, entraînant éventuellement le licenciement de hauts fonctionnaires alors qu’ils combattent des accusations de corruption.

Moses Lenokulal, gouverneur du comté de Samburu, dans le centre du Kenya, a été inculpé de corruption et d’acquisition illégale de biens publics. Mercredi dernier, le juge de la Haute Cour Mumbi Ngugi a déclaré que M. Lenokulal ne pouvait se rendre dans son bureau qu’avec l’autorisation de la Commission d’éthique et de lutte contre la corruption, un organe de surveillance du gouvernement chargé de la lutte anti-corruption.

Cette décision a été la première à préciser les actions que les agents de l’État devraient prendre une fois inculpés, a déclaré Wanjiru Gikonyo, président du groupe de gouvernance kényan, l’Institute for Social Accountability.

«Laissez-les se retirer. Dans ce cas, le juge a commencé avec ceux qui ont le plus de responsabilités, et c’est une bonne chose », a-t-elle déclaré à Reuters.

EACC, le chien de garde du gouvernement, a déclaré sur Twitter: « À la suite de cette décision, les titulaires de charge constitutionnelle faisant face à des accusations criminelles de corruption et de crimes économiques ne seront plus comme avant. »

Mais certains ont dit que les responsables accusés trouveraient un moyen de le contourner.

A LIRE AUSSI:   Au Kenya, la lutte contre le braconnage passe aussi par la high-tech

«C’est toujours une décision susceptible d’appel. Les gens peuvent aller au tribunal et faire appel. Il y a encore des lacunes, des échappatoires que les gens peuvent utiliser et défendre leurs sièges », a déclaré Caleb Amisi, un législateur de l’opposition.

La semaine dernière, le ministre des Finances, Henry Rotich, et d’autres responsables ont été accusés de mauvaise conduite financière. C’était la première fois que la police arrêtait un ministre des Finances en exercice. Ils ont tous plaidé non coupable.

Des critiques ont accusé le président Uhuru Kenyatta de ne pas avoir lutté contre la corruption lors de son premier mandat, alors qu’il l’avait promis lors de sa première élection en 2013. Aujourd’hui, davantage de personnes font l’objet de poursuites, mais les poursuites engagées sont encore rares.

Des centaines de hauts responsables du gouvernement et d’hommes d’affaires font face à diverses accusations liées à la corruption. Parmi ceux dont les procès sont en cours, il y a l’ancien président de la Commission foncière nationale, le directeur général de la Kenya Railways Corporation, le juge en chef adjoint, le directeur général de Kenya Power et le président de Kenya Pipeline Company.

Lundi, un autre gouverneur, Ferdinand Waititu du comté de Kiambu, a été inculpé par un tribunal anti-corruption à Nairobi aux côtés de son épouse et d’autres hauts responsables du gouvernement du comté.

Ils ont tous plaidé non coupables des chefs d’accusation, qui comprennent un conflit d’intérêts, l’abus de pouvoir et le traitement de biens suspects. La décision du magistrat anti-corruption Lawrence Mugambi sur la libération sous caution est attendue mardi.

L’affaire constituera le premier grand test pour déterminer si la décision de la semaine dernière servira de précédent, ce qui conduira à la révocation de fonctionnaires d’autres autorités en attendant leur procès.

A LIRE AUSSI:   Le président Kenyatta courtise les investisseurs américains

Déjà trois autres gouverneurs ont été poursuivis devant les tribunaux pour corruption. Quatre autres font l’objet d’une enquête pour suspicion de greffe.

Source: Reuters/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Prédisant une crise, Johann Rupert songe à quitter l’Afrique du Sud

Read Next

Le pape offre ses prières aux migrants tués lors d’un naufrage en Méditerranée