Égypte: un haut responsable des Frères musulmans décède en prison

Le chef adjoint du Parti de la liberté et de la justice Essam El-Erian salue le signe Rabaa, symbolisant le soutien des Frères musulmans, lors de son procès avec d’autres dirigeants des Frères musulmans pour espionnage et terrorisme devant un tribunal de l’académie de police le la périphérie du Caire,

Essam el-Erian, un haut dirigeant des Frères musulmans égyptiens, est décédé jeudi en prison au Caire après avoir été victime d’une crise cardiaque, ont indiqué un avocat et des médias locaux.

Erian, 66 ans, avait été chef adjoint du Parti de la liberté et de la justice de la Fraternité et a été entraîné dans une répression contre les dirigeants du mouvement après avoir été expulsé du pouvoir en 2013.

Il avait été détenu à la prison de Tora au Caire avec d’autres hauts responsables de la Fraternité, et avait été jugé et condamné dans de multiples affaires liées aux troubles qui ont suivi le soulèvement égyptien de 2011.

En juin 2019, Mohamed Mursi de la Fraternité, qui a été élu président en 2012 et déposé l’année suivante lors d’un éviction dirigé par le chef de l’armée de l’époque et actuel président Abdel Fattah al-Sissi, est décédé après s’être effondré lors d’une comparution devant le tribunal du complexe pénitentiaire de Tora.

Erian avait été transféré dans un hôpital de la prison après avoir subi une crise cardiaque et est décédé pendant son traitement, ont déclaré deux sources de la prison.

«Nous avons été informés de sa mort par les autorités pénitentiaires … elles nous ont dit que la mort était naturelle», a déclaré Abdel Moneim Abdel Maqsoud, un avocat de la Fraternité.

Le procureur égyptien n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat.

Des proches d’autres prisonniers islamistes de haut niveau à Tora avaient déjà fait part de leurs inquiétudes quant à leur santé, affirmant qu’ils étaient détenus dans de mauvaises conditions sans soins de santé adéquats.

A LIRE AUSSI:   En Algérie, les autorités « serrent la vis » contre la contestation

Les autorités égyptiennes ont nié avoir maltraité des prisonniers ou négligé leur santé.

Des restrictions ont été imposées aux visites dans les prisons égyptiennes début mars en raison de l’épidémie du nouveau coronavirus.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Sept pays africains vont commencer à tester les anticorps COVID-19

Read Next

Le Soudan renforce la sécurité dans une ville portuaire après la mort de 32 personnes dans des affrontements tribaux