CÔTE D’IVOIRE : Entre Korhogo et l’audience à Franck Paris, Gon Coulibaly toujours au front

Amadou Gon Coulibaly

Le chef de l’exécutif ivoirien a passé un bref Séjour à Korhogo du 1er au 2 novembre 2019. Séjour essentiellement marqué par la visite de chantiers  de construction d’infrastructures sociocommunautaires et universitaires. Mais entre ses déplacements de terrain et le conseil de ministre, un précieux échange avec Franck Paris. La visite du conseiller Afrique de l’Elysée est perçue par les observateurs comme un signal fort à un an de la présidentielle.

Œuvrer à l’amélioration des conditions de vie des ivoiriens. C’est le vade mecum du premier ministre ivoirien. Longtemps technocrate discret et efficace, Gon Coulibaly s’active de plus en plus sur le terrain pour accélérer  le Programme social du gouvernement. L’objectif, c’est d’œuvrer  à la mise en œuvre  efficiente dudit programme conformément à la vision du chef de l’État. Toutes les actions que mènent le premier ministre convergent donc vers cette fin. Mais pas que ça. Cette présence sur le terrain fait aussi du chef de l’exécutif, trop perçu comme un efficace technocrate, un homme d’action et de contacts. Éducation, santé, équipements marchands, infrastructures routières, activités génératrices de revenus, aucun secteur n’échappe aux priorités. Et entre ces descentes de terrain et le conseil des ministres, un rapide échange avec Franck Paris. Le conseiller Afrique de Macron a longuement échangé avec le premier ministre, comme la suite d’une rencontre déjà intervenue entre Macron, Ouattara et son Premier ministre. Alors qu’il est perçu comme possible dauphin du président ivoirien, ces subtiles rencontres ont de quoi alimenter les supputations.

Très apprécié de tous

Après un séjour bien rempli et très apprécié par les populations dans le Tonkpi, c’est Korhogo qui a fait l’objet d’attention de la part de Gon Coulibaly. Le bref séjour du premier ministre  dans la ville, fut  pour lui, l’occasion de prendre langue avec les populations en vue de s’imprégner de leurs conditions de vie. L’accueil était des plus chaleureux. Les populations ont reconnu et salué les qualités d’un homme pragmatisme et très engagé à leurs côtés, par sa proximité. Partout le surnom « Lion » a lui attribué est chanté sur toutes les lèvres à chaque apparition dans le public. Et comme à ses habitudes, dès sa descente à Korhogo, le premier ministre est allé exprimer ses civilités au patriarche, et saisir l’opportunité pour « demander la route » pour un séjour réussi.  L’échange était convivial entre le patriarche et son hôte. Il était question de paix en Côte d’Ivoire, mais également de développement et de mieux-être des populations. Les actions du Chef de l’Etat et de son gouvernement ont été appréciées à leur juste valeur.  Avis favorable, Gon Coulibaly et sa délégation se sont par la suite ébranlés dans la ville. Le parcours de plusieurs quartiers a permis au premier ministre d’échanger avec les populations.  Une initiative fortement saluée par ces dernières.  Visiblement satisfaites, elles n’ont pas caché leur admiration pour leur leader. Elles ont par la même occasion salué les actions du chef de l’État ayant permis d’insuffler une nouvelle dynamique à la  croissance économique que connaît la  Côte d’Ivoire. Les femmes, par la voix de leur porte-parole, ont remercié Ouattara pour son leadership qui a permis, en moins d’une décennie, de hisser la Côte d’Ivoire au rang des pays aux économies performantes. Entre autres actions du chef de l’Etat en leur faveur, elles ont salué la politique de la scolarisation de la jeune fille, la politique d’autonomisation de la femme, le développement des activités génératrices de revenus…

A LIRE AUSSI:   COTE D’IVOIRE : Pas de répit pour Gon Coulibaly depuis son retour du Japon

Un contrôle continu

 La deuxième étape du séjour fut consacrée à la visite de certains chantiers en cours pour constater leur état d’avancement. Entre autres chantiers visités par le premier ministre sous les ovations de la population, le campus universitaire et le réfectoire de l’université. Gon Coulibaly y a discuté avec des étudiants. Un  satisfecit est décerné au premier ministre pour les mesures prises en vue de l’amélioration de leurs conditions de vie et d’étude.  Les étudiants ont tenu à saluer « le bel élan de développement, de sécurité,  de stabilité et de paix prôné et réalisé par le chef de l’Etat  pour le bien-être des populations ivoiriennes ». Leur porte-parole est revenu lui aussi sur les actions salutaires du chef de l’État et de son gouvernement en faveur de la population ivoirienne notamment, pour son mieux-être et l’amélioration des conditions de vie et de travail des différentes couches sociales de la nation, en l’occurrence, les mesures visant l’amélioration du pouvoir d’achat et des conditions sociales des Ivoiriens, l’amélioration de l’environnement des affaires, la priorité à la formation et à l’emploi et la volonté de réconciliation nationale. « Merci Monsieur le Président Alassane Ouattara pour tout ce que vous faites pour le bonheur des ivoiriens, merci pour vos actions en faveur des étudiants, nous vous soutenons pour la suite », a lancé le porte-parole. A son tour le premier ministre les a rassurés des actions en cours, en vue de leur favoriser de meilleures conditions d’étude, notamment la construction et l’équipement de centres universitaires sur toute l’entendue du territoire national. Amadou Gon Coulibaly s’est également  rendu au Chr, dont la première phase de réhabilitation est achevée. Visite des lieux et échange avec le personnel ont marqué cette étape.

A LIRE AUSSI:   Retour du corps d’Étienne Tshisekedi: l’avion en route pour Kinshasa

Rencontres

Diverses rencontres étaient au menu des activités du chef du gouvernement ivoirien. Jeudi 31 octobre, le premier ministre a pris part à la  Cérémonie officielle d’ouverture de la 5e Réunion extraordinaire du Conseil des Gouverneurs de la Banque africaine de développement (Bad) au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire. Amadou Gon Coulibaly a également reçu à dîner, la délégation de la présidente de la Fondation Louis Dreyfus. La délégation conduite par Margarita Louis-Dreyfus était à Niofoin, dans le département de Korhogo, pour l’inauguration du Centre de formation agricole et rurale (Cfar), fruit d’une collaboration entre l’État de Côte d’Ivoire, les populations de Niofoin, la Fondation d’entreprise Louis-Dreyfus et l’agri-agence Fert. Le chef de l’exécutif n’a pas caché sa fierté au terme de sa participation à la cérémonie marquant symboliquement la fin des difficultés financières de la Société ivoirienne de raffinage (Sir). Le plan de sauvegarde a été possible grâce à la volonté d’Alassane Ouattara de sauver cet outil de référence du secteur de la raffinerie en Afrique de l’Ouest. Amadou Gon Coulibaly a salué l’esprit de cohésion, l’engagement et la détermination de l’ensemble des acteurs et de tout le personnel, à faire de la Sir un fleuron de la sous-région. Mercredi 06 novembre, le premier ministre a participé au conseil des ministres au Palais de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire, sous la présidence du Chef de l’État. « Nous sommes toujours déterminés à suivre les orientations et à mettre en œuvre les instructions du président de la République pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens », a-t-il signifié au terme du conseil des ministres. Le premier ministre a par ailleurs reçu  jeudi 7 novembre 2019, Franck Paris, Conseiller Afrique du Président de la République française, Emmanuel Macron. Une rencontre qui, dans les coulisses, a animé les supputations d’autant que le chef de l’exécutif est perçu comme un possible dauphin de Alassane Ouattara. Mais pour le moment, on en est encore bien loin d’autant qu’il faille attendre mai pour connaître le candidat du rhdp, majorité présidentielle.

A LIRE AUSSI:   En Côte d’Ivoire, le premier pari de la réconciliation est réussi

Le programme social du gouvernement est en marche. Le premier ministre s’attèle à la bonne exécution de ce programme notamment avec la mobilisation des ressources, mais également, le contrôle continu des chantiers de réalisation d’infrastructures dans ce cadre. L’écho favorable reçu de la part de la population est un élément motivateur pour la suite du programme. 

Thomas Azanmasso, Cotonou, Tribune d’Afrique

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le Zimbabwe, frappé par la sécheresse, prépare une migration massive d’animaux sauvages

Read Next

Tunisie : Ghannouchi et les islamistes veulent la présidence de l’Assemblée