Une startup nigériane aide les églises locales à numériser leurs opérations

L’application O’Sanctus qui permet aux catholiques d’assister à des services virtuels, de réserver du temps avec des prêtres et de faire des offres financières au milieu de la propagation de l’épidémie de coronavirus (COVID-19)


Okolo, un père de deux enfants, l’a utilisé pour aider sa famille à prier à la maison après la fermeture des églises en mars. L’État de Lagos, avec plus de 15 000 infections confirmées et environ 200 décès, compte la plus grande part des quelque 45 000 cas de COVID-19 au Nigéria. L’application O’Sanctus, créée l’année dernière par la société de technologie nigériane Applus Dome Limited, permet aux catholiques d’assister à des services virtuels, de réserver du temps avec des prêtres et de faire des offres financières. «Cela nous a facilité tant de choses», a déclaré Okolo.

Cela fait partie d’une tendance plus large à travers l’Afrique qui a vu des gens adorer à distance, souvent en regardant des sermons en ligne, en raison de la fermeture généralisée des églises.

Les fermetures ont joué un rôle crucial dans la bataille pour empêcher le nouveau coronavirus de s’installer à travers l’Afrique, qui compte le plus grand nombre de chrétiens de tous les continents – 631 millions de personnes en 2018, soit 45% de la population du continent – selon le Centre pour l’étude du christianisme mondial.

O’Sanctus, lancé à l’origine comme outil de gestion d’églises pour une paroisse, couvre quatre paroisses numérisées et a recueilli plus de 3 000 abonnés.

Mercedes Otakponmwenhi, qui dirige Applus Dome Limited, a déclaré que l’application avait été mise en place dans le but de numériser certaines parties des activités de l’église sans se rendre compte que le virus hautement infectieux obligerait les gens à adorer depuis leur domicile.

Dans le but d’assouplir les restrictions, les autorités de Lagos ont déclaré la semaine dernière que les lieux de culte pourraient rouvrir à partir du vendredi 7 août.

A LIRE AUSSI:   Dakar entend durcir les conditions d’entrée au Sénégal

Mais le besoin de culte numérique n’est pas terminé. Les lieux de culte ne peuvent ouvrir pour les services qu’une fois par semaine et à une capacité maximale de 50%.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La mise en œuvre de la Zleca est la vraie réponse à la crise