Une opposition éthiopienne voit les dangers si le vote de 2020 est reporté

Association for Free Research and International Cooperation L’économie, la diplomatie, la politique… aucun domaine n’échappe au programme du premier ministre pacifiste qui a décidé de mettre l’Ethiopie sur les rails …

Les politiciens de l’opposition en Ethiopie ont mis en garde contre un report des élections nationales de 2020 qui serait le premier sous le Premier ministre réformiste Abiy Ahmed, mais qui est menacé par une explosion de rivalités ethniques régionales.

Plus tôt ce mois-ci, le comité électoral a déclaré que l’insécurité, qui a poussé 2,4 millions de personnes à quitter leur domicile, selon les Nations Unies, pourrait retarder le vote du parlement de l’année prochaine. Un recensement national a déjà été reporté deux fois, ce qui risque de compromettre la logistique des scrutins, notamment la constitution de circonscriptions.

Les critiques affirment que le report du vote national pourrait provoquer une réaction sociale défavorable, alimenter de nouveaux conflits régionaux et nuire aux références démocratiques d’Abiy.

« Si le gouvernement reporte les élections générales (…), il mettra en colère le public », a déclaré à Reuters, l’ancien prisonnier politique Merera Gudina. Il préside le parti d’opposition Oromo Federalist du Congrès, originaire d’une région, Oromia, au cœur des manifestations antigouvernementales de ces dernières années.

« Une fois que le public commence à exprimer sa colère … personne n’aura les moyens ni le pouvoir de la contrôler. »

Les 100 millions de citoyens éthiopiens assistent à un changement politique sans précédent. Abiy, qui a pris le pouvoir l’année dernière après la démission soudaine de son prédécesseur, a libéré des journalistes et des militants, levé l’interdiction des partis politiques et poursuivi les responsables accusés d’atteintes flagrantes aux droits humains.

«CONFLITS ESCALANT»

Ces réformes font suite à trois années de violentes manifestations sporadiques contre le gouvernement, au cours desquelles des centaines de personnes sont mortes et des milliers ont été emprisonnées. Les élections locales de l’année dernière ont été reportées en raison de troubles.

A LIRE AUSSI:   Barrage sur le Nil : un compromis esquissé entre les parties

La présidente du comité électoral, Birtukan Mideksa, a reconnu plus tôt ce mois-ci que les préparatifs étaient en retard pour l’élection de 2020, prévue pour mai.

«Si la sécurité du pays ne va pas s’améliorer, nous ne pouvons pas dire aux électeurs d’aller voter», a déclaré l’ancien juge, une fois condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité pour activisme mais nommé par Abiy à la tête du conseil d’administration. « Il y a beaucoup de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. »

Soleyana Shimeles, porte-parole du conseil d’administration, a déclaré vendredi à Reuters que les responsables des élections travaillaient sur l’hypothèse que le scrutin se déroulerait comme prévu.Un diplomate basé à Addis a déclaré que retarder le vote pourrait alimenter les tensions au lieu de gagner du temps pour les calmer.

« Les conflits dans le pays s’intensifient au lieu de s’améliorer », a-t-il déclaré à Reuters.

Belete Mola, vice-président d’un nouveau parti représentant le grand groupe ethnique amhara, a déclaré que le gouvernement jouait avec le feu. « Il s’agit d’un gouvernement illégitime et il n’a pas pour mandat de reporter les élections », a déclaré à Reuters le responsable du Mouvement national d’Amhara.

Debretsion Gebremichael, président du Front populaire de libération du Tigré (TPLF) et vice-président de l’État régional du Tigré, a également averti que tout report pourrait avoir «de graves conséquences». Le TPLF fait partie de la coalition gouvernementale.

« Ne pas organiser les élections à temps (…) est inconstitutionnel », a-t-il déclaré à une chaîne de télévision. « Cela signifie que le gouvernement éthiopien après 2020 est illégitime. »

Source: Reuters/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Crimes contre l’humanité : un chef rebelle tchadien mis en examen à Paris

Read Next

Ramaphosa d’Afrique du Sud: Eskom est trop important pour échouer