Tollé après que le législateur somalien a présenté un projet de loi pour légaliser le mariage des enfants

Nurta Mohamed, 13 ans, une fille somalienne est assise dans l’abri de fortune de sa mère après avoir fui un mariage forcé présumé au camp d’Alafuuto pour personnes déplacées dans le district de Garasbaaley à Mogadiscio, Somalie le 14 août 2020. REUTERS / Feisal Omar

Hafsa a été mariée à 13 ans par son père à un homme qui a payé 100 $. Elle et sa mère disent qu’elle a été battue et violée pendant deux ans avant de le convaincre de divorcer.

«L’homme a juste couché avec moi, me battant toujours», dit-elle, assise près de sa mère, qui serre fermement sa fille. «J’ai regretté d’être né.»

Il n’y a pas de loi prescrivant un âge minimum pour le mariage en Somalie. Un projet de loi présenté au Parlement ce mois-ci par un allié présidentiel a provoqué une tempête de critiques de la part des législateurs lorsqu’ils ont réalisé qu’il légaliserait le mariage à la puberté – dès 10 ans pour certaines filles.

Les données d’une enquête gouvernementale de cette année montrent que près d’un tiers des filles sont mariées avant leur 18e anniversaire – un peu moins de la moitié de celles avant l’âge de 15 ans. 

«Certaines familles marient leurs filles pour réduire leur fardeau économique ou gagner un revenu. D’autres peuvent le faire parce qu’ils croient que cela assurera l’avenir de leurs filles ou les protégera », a déclaré Dheepa Pandian, porte-parole de l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance.

    La tourmente politique en Somalie – le Premier ministre a été limogé le mois dernier et les élections prévues cette année seront probablement retardées – signifie qu’il est difficile de savoir quand le Parlement pourrait voter sur le projet de loi. La nation de la Corne de l’Afrique lutte également contre une insurrection islamiste.

De nombreux législateurs, comme le législateur et militant des droits humains Sahra Omar Malin, rejettent le projet de loi.

A LIRE AUSSI:   Libye: des sources évoquent l'envoi de mercenaires somaliens

    «Notre constitution est basée sur l’islam. Il dit que l’âge de la maturité est de 18 ans, c’est le bon âge pour voter ou pour qu’une fille se marie », a-t-elle déclaré.

Le vice-président Abdiweli Mudeey, qui a présenté le projet de loi, n’a pas retourné les appels sollicitant des commentaires, mais a déclaré aux législateurs qu’il avait été examiné par des religieux et que «ce projet de loi … est le bon basé sur l’islam».

    Nadifa Hussein, qui dirige trois camps dans la capitale pour les familles fuyant la violence, abrite de nombreuses jeunes mariées maltraitées et abandonnées.

    «La plupart des femmes ici se sont mariées à 13 ans et sont divorcées à l’âge de 20 ans», a déclaré Hussein. «Ils n’ont personne pour les nourrir.»

Parmi eux, Sirad, une jeune timide de 16 ans avec deux enfants. Son mari est parti, mais s’il revient, elle doit l’accueillir, dit-elle tristement.

«Qui d’autre me veut?» »elle a demandé, couvrant son visage. «Si vous êtes jeté dans un puits et que vous ne pouvez pas en sortir, la seule option est d’essayer de nager.»

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Sonae abandonne son partenariat avec l’Angola dos Santos dans le NOS du Portugal