Sonae abandonne son partenariat avec l’Angola dos Santos dans le NOS du Portugal

Isabel Dos Santos

Le Portugais Sonae a décidé de renforcer sa position dans la société de télécommunications locale NOS en augmentant sa participation et en abandonnant un partenariat avec Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président angolais de longue date.

Sonaecom, qui fait partie du conglomérat Sonae, a déclaré dans un dépôt mercredi dernier avoir dissous ZOPT, une entreprise à 50-50 avec dos Santos qui détenait une participation majoritaire de 52,15% dans NOS.

Dos Santos a été nommé suspect dans une enquête pour fraude en Angola en janvier et ses actions dans NOS ont été saisies par un tribunal de Lisbonne en avril, privant ZOPT dans son ensemble de ses droits de vote.

Dos Santos a nié à plusieurs reprises les actes répréhensibles.

Les actifs de ZOPT, y compris ses parts dans NOS, seront répartis à parts égales entre ses actionnaires, a déclaré Sonaecom dans le dossier auprès du régulateur de marché portugais CMVM.

Sonae a déclaré dans un communiqué séparé qu’elle avait acheté 7,38% des actions de NOS à la banque privée BPI et qu’elle était désormais le plus grand actionnaire de l’opérateur de télécommunications avec une participation de 33,45%.

Sonaecom avait déclaré en avril qu’elle contesterait la décision de priver ZOPT de ses droits de vote, affirmant qu’elle n’était «pas responsable des dettes de ses actionnaires».

Dos Santos a vendu ou a été dépouillée de presque toutes ses participations dans de grandes entreprises portugaises, sa participation indirecte dans la société pétrolière Galp étant désormais la seule à ne pas avoir été touchée par le scandale.

Dos Santos n’a fait aucun commentaire immédiat.

A LIRE AUSSI:   En Mauritanie, le Premier ministre présente la démission de son gouvernement

L’enquête à son encontre porte sur des allégations de mauvaise gestion et de détournement de fonds pendant son mandat de présidente de la compagnie pétrolière nationale angolaise Sonangol.

Le procureur du Portugal a ordonné la saisie de ses comptes bancaires portugais en février.

En décembre, l’Angola a gelé ses participations dans des sociétés angolaises telles que Unitel, BFA et ZAP MIDIA.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Crise libyenne : Ankara, Doha et Tripoli s’accordent sur la création d’une base navale turque à Misrata

Read Next

Tollé après que le législateur somalien a présenté un projet de loi pour légaliser le mariage des enfants