Sénégal : peine de prison dans l’affaire Doudou Faye

Le Sénégal a payé un lourd tribut du dernier naufrage au large des Iles Canaries

Ce père du petit garçon qui a péri au large des Iles Canaries a écopé de deux ans de prison dont un mois ferme. L’affaire a ému les Sénégalais.

Le père du petit garçon de 15 ans qui a péri au large des Iles Canaries va faire son deuil en détention à la suite du verdict du tribunal de grande instance de Mbour. Pour certains habitants de Dakar, la peine de deux ans de prison dont un mois ferme n’est ni lourde ni légère mais elle devrait servir de leçon aux futurs candidats africains à l’émigration irrégulière.

Emigrer pour jouer au football

« Je pense que la sentence est méritée et injuste à la fois. Il n’a peut-être pas mal fait en emmenant son fils », pense Maïmouna.

« Ce qu’il a fait est très grave. Deux ans, c’est insuffisant. La vie d’un enfant n’a pas de prix. L’enfermer, c’est très bien. Il ne le refera plus jamais », estime cependant une mère de famille.

Mamadou Lamine Faye, le père de l’enfant a été arrêté puis condamné mardi (08.12) pour complicité à l’émigration et mis en danger de la vie d’autrui. Il avait versé 250.000 francs CFA à un passeur pour faciliter le départ de son jeune garçon âgé d’une quinzaine d’années. Ce dernier avait pour destination finale l’Italie en vue de jouer au football.

Des initiatives pour lutter contre l’émigration irrégulière 

Bien avant ce drame, des actions étaient menées au plan local pour lutter contre l’émigration irrégulière dans plusieurs régions, expliquent Carmen Torres, responsable d’Open Arms au Sénégal et Badara Ndiaye Ndiaye, président de l’association Diaspora Développement Éducation et Migration (DIADEM).

A LIRE AUSSI:   En Algérie, ouverture du premier procès pour corruption d’anciens dirigeants et patrons

« Le projet Origine comprend les activités telles que la formation des jeunes pour devenir des leaders communautaires, des campagnes d’information aux communautés sur la migration, la réhabilitation d’espaces communautaires avec accès aux ordinateurs, le soutien à la formation numérique des jeunes et l’appui à l’entreprenariat », détaille Carmen Torres d’Open Arms.

« Ce que nous avons constaté, c’est que là où nous avons développé des initiatives sur l’information, il n’y a pas eu de départ. Et cela pose un problème très important. Il y a eu beaucoup de ressources financières qui ont été dépensées dans la sensibilisation mais nous nous pensons au niveau de DIADEM que la sensibilisation ne sert pas à grand-chose. Il faut travailler sur le registre de l’information », ajoute Badara Ndiaye Ndiaye de l’association DIADEM.

Outre Mamadou Lamine Faye, deux autres personnes ont été condamnées à deux ans de prison dont un mois ferme. Les enfants de ces derniers sont revenus vivants de la tentative de traversée.

Selon l’Organisation Internationale de la Migration, le naufrage meurtrier au large des Iles Canaries est le plus lourd que le Sénégal a connu cette année. Il avait fait 140 morts sur les 200 passagers.

Source : Deutsche Welle Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Covid-19 : premières vaccinations en Europe, l’Afrique attend son tour