Museveni et Magufuli demandent la reprise du projet de pipeline Ouganda-Tanzanie

le président Magufuli

Le président ougandais Yoweri Museveni a fini samedi 7 septembre une visite de deux jours en Tanzanie pour renforcer les relations économiques entre les deux pays, alors que la compagnie pétrolière française Total a annoncé que le projet de pipeline entre les deux pays était suspendu, en raison d’un problème fiscal entre son partenaire Tullow et l’administration fiscale ougandaise.

Les deux chefs d’État ont participé à une rencontre avec des hommes d’affaires et ont tous deux appelé à la poursuite de ce projet de pipeline qui devrait couter quelque 3,5 milliards de dollars et permettre au pétrole ougandais d’être exporté via la Tanzanie.

Face à la presse, le président Magufuli s’est emporté contre l’administration fiscale ougandaise. Pour le chef de l’État tanzanien, ce projet de pipeline long de près de 1 500 mètres est crucial pour l’économie de son pays.

« On est supposé avancer sur ce dossier, dans le monde des affaires, on ne peut pas tout gagner. Vous devez apprendre à sacrifier des gains sur le court terme pour obtenir des gains sur le long terme. J’ai décidé d’en parler, car ce qui se passe me fait mal. C’est possible de changer la loi de finances ou même le régime d’impôt au Parlement afin de permettre d’installer ce pipeline. Des gens ont été déployés pour déterminer son tracé. Huit villages tanzaniens pourraient bénéficier directement de ce forage. »

Le président ougandais Yoweri Museveni a tenu lui à rassurer son partenaire tanzanien. « Ce pipeline verra le jour. La situation est sous contrôle du gouvernement ougandais. Nous nous sommes mis d’accord avec le gouvernement tanzanien, je tenais à remercier le président Magufuli pour les concessions qu’il a faites auprès des sociétés pétrolières pour que ce projet voie le jour. Soyez sûr que le gouvernement ougandais ne sera pas pris à défaut dans la mise en œuvre de ce projet. »

A LIRE AUSSI:   Le groupe Total assigné en justice pour ses impacts sociaux et environnementaux en Ouganda

Ce projet date déjà de 2006. Selon la presse tanzanienne, le président Magufuli a plaisanté en expliquant qu’il aimerait bien, quand il entrera en fonction, appeler ce pipeline « le pipeline de Kaguta », du nom de Yoweri Kaguta Museveni.

Source: RFI Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les pays de la CEEAC veulent parler d’une même voix au sommet climat de l’ONU

Read Next

Au Maroc, le débat sur les libertés individuelles relancé après l’arrestation d’une journaliste pour « avortement illégal »