Manque de données en Afrique : « pour aider les vivants, nous devons compter les morts »

Des agents de santé transportent un patient présentant des symptômes du Covid-19, à Pretoria, le 15 janvier 2021. PHILL MAGAKOE / AFP

pays du continent disposent de systèmes d’enregistrement des décès adéquats et fonctionnels.

Dans le sillage de l’épidémie d’Ebola et maintenant de Covid-19, avoir une image précise de qui meurt, de quoi et où – est crucial lorsqu’il s’agit d’allouer des ressources et des fonds pour les services vitaux.

Les scientifiques affirment que sans systèmes d’enregistrement des données efficaces, les plus vulnérables souffrent – souvent les femmes et les enfants, car le manque de données empêche de fonder les décisions gouvernementales lorsqu’il s’agit de fournir des éléments de base tels que les soins de santé maternelle et de prévention des maladies.

La BBC a travaillé avec le Centre africain de statistiques de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Afrique (UNECA) en Éthiopie, pour recueillir et analyser les statistiques de mortalité pour 55 pays et territoires africains – créant ainsi l’évaluation la plus récente et la plus complète des systèmes d’enregistrement des décès sur le continent.

Sur les 55 pays et territoires africains étudiés par la BBC, seuls huit – l’Égypte, l’Afrique du Sud et la Tunisie, l’Algérie et les îles du Cap-Vert, Sao Tomé-et-Principe, les Seychelles et Maurice – disposent de systèmes d’enregistrement des décès fonctionnels, obligatoires et universels.

Pour être qualifié d' »universel », un système d’enregistrement des décès doit répondre au critère de couverture de 90 % de la population fixé par les Nations unies. Au moins 14 pays enregistrent un décès sur dix – ou moins.

William Muhwava, le responsable des statistiques démographiques et sociales de l’UNECA, basé à Addis-Abeba, déclare que « l’enregistrement des faits d’état civil est intrinsèquement lié au droit de chaque personne à une identité ».

Tous les pays que nous avons étudiés disposent d’une sorte d’enregistrement des décès, souvent sur papier et non numérisé. Il fonctionne au niveau local, mais il n’est pas adapté au calcul des tendances de mortalité au niveau national.

Il y a des enfants qui entrent dans la population et qui en sortent sans être enregistrés – à cause des retards dans l’enregistrement des naissances et des décès.

Inégalité dans la collecte des données

Les systèmes d’état civil et de statistiques de l’état civil enregistrent des événements tels que les naissances, les mariages et les décès.

Pour être défini comme « universel », un système d’état civil doit répondre au critère de couverture de 90 % de la population fixé par les Nations unies afin d’éviter toute partialité ou exclusion de groupes démographiques entiers.

L’analyse des données des Nations unies montre qu’en Europe, tous les pays sauf deux (l’Albanie et Monaco) disposent d’un système universel d’enregistrement des décès, et en Asie, un peu plus de la moitié.

« Nous nous préoccupons de l’exhaustivité et de la qualité de l’enregistrement des décès [en Afrique] parce que les personnes manquantes ne constituent pas un échantillon aléatoire de la population – elles sont exclues pour des raisons spécifiques qui sont souvent liées à des désavantages sociaux, économiques et sanitaires », a déclaré à la BBC Romesh Silva, démographe en chef au Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

« Afin d’aider les vivants, nous devons compter les morts… nous devons faire l’effort d’enregistrer les décès des personnes qui sont moins visibles pour les systèmes de santé et de statistiques officielles ».

Les scientifiques affirment que les données rendent les inégalités visibles et que dans de nombreux pays africains, les statistiques sont biaisées en faveur des plus riches, des citadins et des hommes.

« Les systèmes d’état civil en Afrique subsaharienne ne peuvent pas générer de statistiques classées par sexe, âge et géographie, ce qui est crucial pour l’élaboration des politiques », déclare Irina Dincu, du Centre d’excellence pour les systèmes d’état civil.

« Malgré les investissements, les systèmes d’état civil restent dysfonctionnels, ce qui oblige les gouvernements à s’appuyer sur des enquêtes… qui, au moment où elles sont publiées, sont déjà dépassées ».

Cela signifie que les groupes vulnérables souffrent davantage parce que leurs données en particulier ne sont pas prises en compte dans les politiques.

A LIRE AUSSI:   L’Egypte face au défi de la surpopulation
Un employeur de la société Sagem (R) vérifie un acte de naissance le 16 septembre 2008 à Ferkessedougou lors du deuxième jour de l'enregistrement électoral dans le pays.
Légende image,Un employeur de la société Sagem (R) vérifie un acte de naissance le 16 septembre 2008 à Ferkessedougou lors du deuxième jour de l’enregistrement électoral dans le pays.

République centrafricaine : vers une améliorationdu système

La République centrafricaine a l’un des systèmes d’état civil les moins performants du continent après des années de conflit.

En 2017, seuls 2 % des décès estimés ont été enregistrés dans le pays. Deux fois plus de décès masculins que féminins ont été enregistrés – et ce uniquement dans la capitale et la périphérie.

Elvis Franck Matkoss, chef du département des statistiques démographiques et de l’état civil au ministère de l’économie, de la planification et de la coopération, a déclaré à la BBC que « le gouvernement attache une importance particulière à l’état civil et à son rôle fondamental dans la promotion de la bonne gouvernance en tant qu’outil d’aide à la décision pour la planification et la mise en œuvre des programmes de développement ».

Il a ajouté que la République centrafricaine faisait de gros efforts pour améliorer sa couverture de 2 % par la modernisation des centres d’enregistrement et la création d’un système plus centralisé. M. Matkoss a déclaré que le gouvernement fournissait également des fonds de proximité pour aider les communautés à enregistrer leurs morts, ainsi que pour promouvoir la gratuité des certificats de naissance pour tous les enfants.

Mesurer les effets du Covid-19

Il a été largement rapporté que le nombre de morts en Afrique du Covid-19 est bien plus faible que dans d’autres parties du monde.

L’expertise en matière de contrôle des épidémies, la population relativement jeune (plus de 60 % de moins de 25 ans) et les faibles cas de comorbidité ont aidé le continent à faire face au virus.

Beaucoup s’accordent à dire que l’Afrique a bien réagi à la pandémie, mais les scientifiques affirment que le calcul de la « surmortalité » du continent est impossible dans la plupart des pays en raison de l’absence d’état civil.

Le taux de décès excédentaires est une mesure qui compare les décès réels au cours d’une période donnée avec les décès attendus, sur la base des chiffres de la même période des années précédentes.

La méthode repose entièrement sur un système complet d’enregistrement de la mortalité.

Les effets indirects du Covid pourraient être plus graves que la maladie elle-même.

L’examen de la surmortalité donne une idée de la perte globale de vies humaines causée directement par Covid-19, et aussi des décès causés indirectement par la pandémie en raison de facteurs tels que des systèmes de santé débordés, la peur de se rendre à l’hôpital et l’effondrement économique.

Une étude du Lancet portant sur 118 pays à faible revenu et à revenu intermédiaire estime que la perturbation continue des systèmes de santé due à Covid-19 pourrait entraîner 1 157 000 décès d’enfants supplémentaires et 56 700 décès maternels supplémentaires.

Le rapport suggère que, comme dans les analyses de l’épidémie d’Ebola de 2014 en Afrique de l’Ouest, les effets indirects de l’épidémie pourraient être plus graves que l’épidémie elle-même.

L’histoire de Clowé

Clowé Bafouindintsoni et son bébé sont morts des suites indirectes de la pandémie au Congo-Brazzaville. Le pays ne dispose pas d’un registre des décès fonctionnel et ne peut donc pas compter les décès excédentaires comme celui de Clowé.

Le danger est que s’il n’y a pas de registre indiquant exactement qui est mort, où et surtout pourquoi, des procédures ne peuvent être mises en place pour empêcher que cela ne se reproduise.

Avertissement : Certains lecteurs peuvent trouver inquiétants certains détails de ce récit de Marco, le frère de Clowé.

Clowé avait 29 ans et se réjouissait d’accueillir son deuxième enfant ici au Congo-Brazzaville.

Elle est allée à l’hôpital pour accoucher mais après six jours de travail, elle a été envoyée dans un centre spécialisé, pour accoucher par césarienne.

Un médecin l’y a examinée, mais a dit à Clowé qu’elle devrait être transférée dans un autre hôpital parce qu’ils soupçonnaient qu’elle pouvait nécessiter une césarienne.

A LIRE AUSSI:   La Corne de l’Afrique face à une nouvelle vague de criquets pèlerins

Pendant qu’elle attendait, Clowé a été informée que le troisième hôpital manquait d’oxygène à cause de la pandémie, et ils ont donc contacté un quatrième établissement – un dispensaire qui avait été transformé en centre de traitement du Covid-19.

Mais lorsque Clowé y est arrivée, le médecin a dit qu’il n’était pas équipé pour l’accouchement. Le médecin avait peur que Clowé ne meure, alors ils ont désinfecté une salle pour elle et ont commencé l’accouchement.

Mais la tête du bébé était mal orientée, alors ils ont appelé l’hôpital spécialisé et leur ont demandé d’envoyer un obstétricien. Ils ont attendu, mais personne n’est venu.

À 4 heures, Clowé et son bébé sont morts.

Quand je suis arrivé avec le reste de la famille, nous avons demandé le corps de Clowé pour pouvoir l’enterrer. Nous avons même acheté un corbillard mais, ils ont dit non, puisqu’elle est morte ici, elle était considérée comme un cas de Covid !

Nous avons insisté pour faire un test – il est revenu négatif. Deux jours plus tard, son corps nous a été rendu.

Clowé n’avait pas de coronavirus. Clowé n’avait jamais eu de coronavirus.

Son bébé à naître n’avait aucune chance.

Panneau "Etat civil" panneau de signalisation
Légende image,Panneau « Etat civil » panneau de signalisation

Un rapport de la GFF estime qu’à cause du Covid-19, le pourcentage de femmes qui accouchent à l’hôpital pourrait chuter de 92 % à 46 %, ce qui ferait augmenter la mortalité maternelle et infantile, un effet indirect de la pandémie.

Sénégal : six fois plus de décès

Dans un rare exemple de collecte de données en temps réel au Sénégal, où seulement 3 % des décès sont enregistrés, le ministère de la Santé travaille avec une organisation américaine à but non lucratif, Vital Strategies, pour harmoniser les dossiers des hôpitaux.

Ce seul travail a montré que la surmortalité – causée directement ou indirectement par la pandémie – entre janvier et juillet 2020 était six fois plus élevée que le nombre officiel de Covid-19 (1 208 contre 204).

Mais les scientifiques affirment que le nombre réel de décès sera probablement encore plus élevé, car ce chiffre ne tient pas compte des décès dans les communautés.

Le Dr Philip Setel de Vital Strategies a déclaré à la BBC : « Certains pays n’enregistrent les décès que dans les établissements de santé. Mais à cause des règles de quarantaine, les gens peuvent retarder leur visite dans les établissements de santé par crainte d’être séparés de leur famille, ils restent chez eux plus longtemps et infectent les autres. En se concentrant sur le nombre total de décès [à l’hôpital et dans la communauté], on pourra mieux comprendre ce qui s’est réellement passé ».

Mesurer les décès excédentaires

L’Afrique du Sud et l’Égypte font partie des huit pays qui disposent de registres de décès complets. Il est donc possible de calculer le nombre de décès excédentaires dans ces deux pays, et les résultats sont éloquents.

En Afrique du Sud, il y avait près de 60 000 décès en surnombre au début du mois de décembre, soit près de trois fois le chiffre officiel de Covid.

Vue aérienne de nouvelles tombes dans la ville brésilienne de Manaus ; de nombreuses villes sont durement touchées par le nombre de morts
Légende image,Vue aérienne de nouvelles tombes dans la ville brésilienne de Manaus ; de nombreuses villes sont durement touchées par le nombre de morts

Ainsi, 23 600 de ces personnes sont officiellement mortes de Covid et il existe des certificats de décès pour le prouver.

Cela signifie que les 37 300 autres n’ont pas été diagnostiquées ou sont mortes des suites indirectes de la pandémie, comme un retard dans le traitement du cancer ou la peur d’aller à l’hôpital.

Au plus fort de la pandémie, fin juillet, l’Afrique du Sud a connu 54 % de décès de plus que ce qui était prévu pour cette période, bien qu’au début du confinement, on ait enregistré moins de décès que la normale, probablement en raison d’une diminution des cas d’alcoolisme latent.

Grâce à un état civil très efficace en Egypte, nous avons pu calculer qu’il y a eu plus de 68 000 décès en excédentaires entre mai et août. En juin, le nombre de décès enregistrés était presque le double de ce à quoi on s’attendrait normalement. En moyenne, les décès officiels de Covid représentaient moins de 10 % de ces pertes supplémentaires.

A LIRE AUSSI:   RDC : l’affaire Dan Gertler ou l’urgence du changement d’un « système de gouvernance prédateur » ?

Les recherches de la BBC ont révélé que la plupart des pays africains ont des systèmes d’enregistrement des décès inadéquats ou très fragmentés.

Au moins 14 pays n’enregistrent qu’un décès sur 10 ou moins.

Plus de la moitié des pays d’Afrique subsaharienne ne tiennent que des registres de décès manuscrits.

Certains pays, tels que l’Érythrée et le Burundi, n’ont aucune obligation légale d’enregistrer les décès. L’Érythrée n’a enregistré qu’un seul décès du au Covid-19 à ce jour et le Burundi, seulement deux, bien que l’on pense que le Covid-19 a contribué à la mort soudaine de l’ancien président du Burundi, Pierre Nkurinziza, l’année dernière.

Le Nigeria n’a enregistré que 10 % des décès en 2017. La pandémie a en outre « paralysé toutes les activités d’enregistrement de l’état civil » dans le pays, qui n’étaient pas considérées comme un service essentiel. Cela pourrait expliquer pourquoi le nombre de décès dus au Covid par million de personnes reste relativement faible – sept pour un million, contre 579 en Afrique du Sud et 81 en Egypte. La moyenne mondiale est aujourd’hui de 252 décès pour un million.

L’Afrique du Sud et l’Égypte ont le nombre officiel le plus élevé de décès par Covid-19 en Afrique (34 334 et 8 304 le 13 janvier) et certains des décès les plus élevés par million d’habitants, mais il est important de tenir compte du fait que ces pays ont historiquement de bons registres de mortalité qui enregistrent la plupart des décès – 92 % et 96 % de la population, respectivement.

Quelles sont les mesures prises ?

De nombreux pays font des progrès pour combler le manque de données.

Outre le Sénégal, le Rwanda travaille actuellement avec Vital Strategies pour rassembler des données historiques sur la mortalité qui peuvent être comparées aux décès survenus pendant la pandémie – en utilisant une méthode appelée surveillance rapide de la mortalité. Cinq autres pays – le Togo, le Burkina Faso, la Sierra Leone, le Liberia et le Ghana – collaborent avec le réseau africain d’épidémiologie de terrain pour faire de même.

Le Tchad et le Libéria demandent aux agents de santé communautaires de signaler les décès qui surviennent dans les foyers en dehors des hôpitaux afin de faire la lumière sur l’ampleur des décès dans les communautés. Ils ont recours à des autopsies verbales – en interrogeant les proches du défunt – une solution peu coûteuse pour comprendre les principales causes de décès dans une région spécifique.

Certains pays utilisent la technologie mobile pour collecter, gérer et archiver les données sur la mortalité. Au Rwanda et au Mozambique, les gens peuvent utiliser des smartphones pour enregistrer les décès sur un système électronique, ce qui permet aux proches de signaler les décès tout en gardant une certaine distance sociale.

En Ouganda, le bureau de l’état civil a mis en place le système mobile d’enregistrement des données d’état civil (MVRS) qui permet de notifier et d’enregistrer en ligne les événements de l’état civil afin d’en assurer la continuité.

Au cours de la prochaine décennie, les scientifiques espèrent que ce type d’innovation aidera un plus grand nombre de pays du continent à atteindre leurs objectifs d’enregistrement universel des décès.

Les recherches de la BBC ont été soutenues et examinées par l’UNECA.

Selon M. Muhwava de l’UNECA : « La recherche de la BBC sur les lacunes en matière de données en Afrique est essentielle pour mettre en évidence les défis auxquels sont confrontés les systèmes d’état civil en Afrique pour documenter les décès, la certification médicale des causes de décès et l’utilisation des statistiques de l’état civil pour informer la formulation de stratégies et les changements de politiques, en particulier dans le sillage des situations d’urgence ».

Source : BBC AFRIQUE/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Covid-19 : le variant d’Afrique du Sud n’est pas plus mortel mais 1,5 fois plus contagieux