Mali: le rapport de l’ONU accuse la Sécurité de l’Etat d’entraver le processus de paix

L’armée malienne


Le rapport des experts de l’ONU sur le Mali n’est pas encore public, mais il fait déjà réagir. Contrairement aux précédents, plus centrés sur l’action des groupes armés, celui-ci pointe la responsabilité directe des autorités dans les obstructions à la mise en œuvre de l’accord de paix de 2015. Les experts épinglent en particulier la direction de la Sécurité de l’Etat et plusieurs de ses hauts responsables.

Aucun doute pour les experts de l’ONU, la Sécurité de l’État malien est devenu un instrument au service « d’une stratégie non officielle ». Une stratégie élaborée « par un cercle restreint proche du président » selon les auteurs, et qui vise à retarder la mise en œuvre de l’accord.

Impossible de recenser toutes les entraves documentées. Le service des renseignements aurait notamment encouragé la division de plusieurs groupes armés, en particulier la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) et la Plateforme. Pour manœuvrer, la SE – comme on l’appelle – aurait fait émerger une autre coalition, la CME (Coordination des mouvements de l’entente) en 2017. Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune à sa tête serait, à en croire le rapport, un des grands protégés de la Sécurité de l’Etat. Il est pourtant sous sanction des Nations unies.

Autre pratique pointée du doigt : la manipulation par la SE de listes de combattants destinés à être démobilisés et réinsérés. Selon le rapport le tarif moyen d’une place au sein du processus DDR (Désarmement, démobilisation et réintégration) est de 500 000 francs CFA (760 euros).

Au sommet de la Sécurité de l’Etat, Moussa Diawara est personnellement indexé à plusieurs reprises. Inadmissible pour l’intéressé, confie un militaire proche de lui. Le patron des renseignements réfute toutes ces accusations et voit dans ce document une tentative de déstabilisation dans une période particulièrement difficile pour le pays.

A LIRE AUSSI:   Togo : l’ANC met de l’ordre dans ses rangs avant la présidentielle de 2020

Ballet diplomatique à Bamako

Bien que le rapport n’ait pas encore été publié (il devrait être rendu public d’ici la fin de semaine), les autorités maliennes ont décidé de réagir et le ballet diplomatique a commencé à Bamako, rapporte notre correspondant Serge Daniel.

Le ministre des Affaires étrangères, Tiébilé Dramé, a débuté une série d’entretiens sur la question avec des diplomates dont les pays sont membres permanents du Conseil de Sécurité. Les ambassadeurs de France, de Russie et de Chine ont été individuellement reçus ce lundi 17 août par le ministre.

Selon un communiqué officiel, les entretiens ont porté sur le rapport du panel d’experts indépendants de l’ONU sur le Mali. Ce document, transmis au Conseil de sécurité n’est pas encore rendu public, mais il circule désormais beaucoup. « Le ministre des Affaires étrangères du Mali a exprimé aux diplomates son étonnement », a confié à RFI une source officielle malienne.

D’abord sur la fuite du document. Ensuite sur son contenu. Bamako parle sur plusieurs points « d’allégation ». Aux diplomates reçus, le représentant du gouvernement malien a contesté notamment une partie du rapport qui cite le nom d’officiers de l’armée faisant obstacle au processus de paix.

D’après nos informations, selon un autre document des experts non encore rendu public et adressé au Conseil de sécurité, figure une liste de six personnes qui pourraient être sanctionnées. Parmi elle, côté gouvernement malien un ancien chef d’état-major de l’armée de Terre, et côté groupes armés et alliés, cinq noms, dont celui d’un chef militaire.

Source : Rfi Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

A LIRE AUSSI:   L’État du Sénégal perd face à Bibo Bourgi devant le tribunal arbitral de l’ONU

Tribune d'Afrique

Read Previous

Conflit libyen : Berlin met en garde contre un «calme trompeur»