Dans le nord du Mali, un groupe armé appelle à l’union sous forme de mouvement politique

Alghabass Ag Intalla (2nd L), leader of the Ansar Dine delegation, and Tuareg delegates meet a Malian government delegation under the mediation of Burkina Faso’s President and in the presence of United Nations, African Union and European Union representatives, on June 10, 2013, at the presidential palace in Ouagadougou. Mali’s government has been struggling to reestablish its authority over all of the west African country after a March 2012 coup in Bamako created a power vacuum that saw Al-Qaeda linked Islamists and Tuareg rebels overrun the north. Burkina Faso’s mediators hosting talks between Mali’s government and armed Tuareg rebels said on June 10 they hoped for an agreement to enable elections to be held next month. AFP PHOTO / AHMED OUOBA (Photo by AHMED OUOBA / AFP)

Le Touareg Alghabass Ag Intalla veut « imprimer un nouveau souffle » à la Coordination des mouvements de l’Azawad.

Un des groupes armés signataires de l’accord de paix de 2015 au Malia prôné, samedi 26 octobre, la « fusion » en un large « mouvement politique » des différents groupes qui représentent le nord malien, alors que cet accord tarde à produire ses effets dans un pays toujours en guerre contre le djihadisme.

La proposition a été faite par Alghabass Ag Intalla, le chef du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), qui se définit comme un mouvement « politico-militaire » multicommunautaire, en ouverture d’un « congrès » du mouvement à Kidal, dans le nord-est du pays. Ce groupe est l’une des composantes de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), avec le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA).

« La CMA a cinq ans d’existence. N’est-t-il pas pertinent de lui imprimer un nouveau souffle ? », a lancé le secrétaire général du HCUA, devant des délégués à la tête recouverte du traditionnel chèche des Touareg, des chefs locaux du Niger et de l’Algérie et de représentants de la mission de l’ONU (Minusma). « Nous lançons ici un appel à la CMA et à tous les autres mouvements partageant les mêmes idéaux pour fusionner en un seul mouvement politique capable de prendre en charge les préoccupations des populations de l’Azawad dans le cadre de la construction nationale », a ajouté Alghabass Ag Intalla.

Velléités séparatistes

Le MNLA, qui tiendra lui aussi un congrès à Kidal le 30 novembre, va « examiner cette question pour que nous puissions rester dans la même dynamique », a assuré l’un de ses dirigeants, Billal Ag Cherif, selon des propos recueillis par un correspondant de l’AFP.

A LIRE AUSSI:   Human Rights Watch appelle à la fin de l’impunité après un nombre record d’atrocités au Mali

Kidal fait partie des vastes zones du Mali qui échappent de facto à l’autorité de l’Etat. Prise en 2012 par les rebelles djihadistes, elle est aujourd’hui, malgré la présence de bases française et des forces onusiennes, sous le contrôle d’ex-rebelles séparatistes touareg qui se sont soulevés contre le pouvoir central en 2012, avant de signer un accord de paix à Alger en 2015. La situation de la ville, à quelques centaines de kilomètres de l’Algérie et du Niger, suscite l’inquiétude des pays du Sahel, pour qui elle sert de base arrière à des djihadistes pour semer la terreur dans la région et dont les exactions se sont étendues d’abord au centre du Mali puis vers les pays voisins, notamment le Burkina Faso.

Les groupes armés indépendantistes, dont le HCUA, formé en grande partie d’anciens membres du groupe djihadiste Ansar Dine, ont pour la plupart signé l’accord de paix, renonçant à leurs velléités séparatistes contre plus d’inclusion dans la société malienne, y compris dans une armée reconstituée, et plus d’autonomie. Mais son application reste très lente et les « reformes institutionnelles doivent être mises en place dans une architecture permettant aux populations du nord, dans un esprit de pleine citoyenneté, de gérer leurs propres affaires », a insisté samedi M. Ag Intalla.

Source: Le Monde Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

RDC: majorité et opposition satisfaits du nouveau budget

Read Next

L’Afrique du Sud distribue de l’eau pour économiser des ressources en baisse