Conflit libyen : Berlin met en garde contre un «calme trompeur»

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, en déplacement hier dans la capitale libyenne Tripoli, a mis en garde contre le «calme trompeur» qui règne actuellement dans le pays plongé dans le chaos, rapportent des médias.

Depuis la chute du régime de Mouammar El Gueddafi en 2011, la Libye est en proie à une lutte de pouvoir et à de multiples conflits. Aujourd’hui, deux autorités s’y disputent le pouvoir : le gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par les Nations unies et basé à Tripoli, et le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est. «Nous constatons actuellement un calme trompeur en Libye», a déclaré H. Maas lors d’une conférence de presse aux côtés de son homologue libyen, Mohamad Tahar Siala. Le GNA, appuyé par l’allié turc, a réussi à repousser une offensive du maréchal Haftar lancée en avril 2019 contre Tripoli, reprenant en juin le contrôle de l’ensemble du nord-ouest du pays. Après 14 mois de combats meurtriers, les pro-Haftar se sont retirés vers Syrte, ville côtière à 450 km à l’est de Tripoli.

Le maréchal Haftar est soutenu par les Emirats arabes unis, l’Egypte, l’Arabie Saoudite et la Russie. Selon H. Maas, «les deux parties et leurs alliés internationaux continuent d’envoyer des armes dans le pays (…)» et campent sur leurs positions en vue d’un cessez-le-feu durable. La bataille s’organise désormais autour de la ville stratégique de Syrte, contrôlée par les pro-Haftar et située à mi-chemin entre Tripoli à l’ouest et Benghazi à l’est

. Les deux camps ont déployé leurs forces autour de la ville. Le chef de la diplomatie allemande s’est dit «favorable» à la création d’une «zone démilitarisée autour de Syrte» afin de trouver «les moyens de sortir de cette situation très dangereuse». Il a indiqué avoir évoqué cette possibilité avec le Premier ministre Fayez Al Sarraj et le ministre de l’Intérieur Fathi Bachagha.

A LIRE AUSSI:   Libye: la communauté internationale appelle à nouveau au dialogue politique

Sur le dossier des migrants et de leurs conditions de détention, il a affirmé que «les réseaux de contrebande doivent être combattus efficacement». «Depuis longtemps, nous appelons à la fermeture des centres de détention» et à l’installation des migrants dans les centres urbains, a-t-il déclaré.

De son côté, le ministre libyen des Affaires étrangères a de nouveau rejeté la mission navale de l’Union européenne Irini, chargée de faire respecter l’embargo sur les armes en Libye, qui, selon lui, «ne s’adresse qu’au GNA pour le priver d’aides pour contrer l’agression». L’opération Irini «ne surveille pas les arrivées d’armes et de mercenaires par voies aérienne, maritime et terrestre via l’Egypte» au profit du maréchal Haftar, a-t-il soutenu.

Après Tripoli, Heiko Maas se rendra aux Emirats qui, selon lui, «ont une influence sur le général Haftar». Par ailleurs, selon des médias turcs, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, était également en visite à Tripoli hier, son second déplacement en quelques semaines.

Source : El watan /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Mauritanie : l’ancien président Mohamed Ould Abdelaziz entendu par la police

Read Next

Mali: le rapport de l’ONU accuse la Sécurité de l’Etat d’entraver le processus de paix