L’ONU met en garde contre une baisse dangereuse des vaccinations pendant la pandémie de COVID

Tedros Adhanom Ghebreyesus a annoncé, ce mercredi, que plus 200000 cas dans le monde avaient été signalés à l’OMS (photo d’illustration). REUTERS/Denis Balibouse/File Photo

Les niveaux de vaccination des enfants contre les maladies dangereuses telles que la rougeole, le tétanos et la diphtérie ont chuté de manière alarmante pendant la pandémie de COVID-19, mettant des millions d’enfants en danger, ont déclaré mercredi des agences des Nations Unies.

«Les souffrances et les décès évitables causés par des enfants qui ne bénéficient pas de vaccinations de routine pourraient être bien plus importants que COVID-19 lui-même», a déclaré le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus dans un rapport conjoint avec l’UNICEF.

Les trois quarts des 82 pays qui ont répondu à une enquête pour le rapport ont déclaré avoir subi des perturbations liées aux coronavirus dans leurs programmes de vaccination en mai 2020.

La plupart des problèmes étaient liés à un manque d’équipements de protection individuelle (EPI) suffisants pour les agents de santé, à des restrictions de voyage et à de faibles effectifs de personnel de santé – tous ces facteurs ayant conduit à la limitation ou à la fermeture des services de vaccination.

Au moins 30 campagnes de vaccination contre la rougeole ont été ou risquent d’être annulées, menaçant de nouvelles flambées de maladie virale contagieuse cette année et au-delà, selon le rapport.

Les épidémies de rougeole étaient déjà en augmentation, infectant près de 10 millions de personnes en 2018 et tuant 140000 d’entre elles – principalement des enfants, selon les données de l’OMS.

Pour la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, les données préliminaires pour les quatre premiers mois de 2020 « indiquent une baisse substantielle » du nombre d’enfants recevant les trois doses du vaccin DTC qui protège contre eux, selon le rapport – la première fois en 28 années que le monde pourrait voir une baisse de la couverture de cette vaccination systématique des enfants.

A LIRE AUSSI:   "Non à un troisième mandat sur le continent" en discussion à Niamey

Les données pour 2019 ont montré que près de 14 millions d’enfants dans le monde ont raté des vaccins vitaux. La plupart de ces enfants vivent en Afrique et risquent de ne pas avoir accès à d’autres services de santé, selon le rapport.

Il a déclaré que les progrès de la vaccination étaient déjà au point mort avant que le nouveau coronavirus n’émerge et ne se propage dans le monde, mais la pandémie a aggravé la situation.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

RDC : imbroglio autour de la démission de Benoît Lwamba, président de la Cour constitutionnelle