Algérie : 16 ans de prison pour le patron de l’automobile Tahkout et 10 ans pour l’ancien Premier ministre Ouyahia

Algeria’s Prime Minister Abdelmalek Sellal (L) and Rally for National Democracy (RND)’s interim secretary general, Ahmed Ouyahia, attend an extraordinary meeting of the RND on May 5, 2016, in the capital Algiers. (Photo by Farouk Batiche / AFP)

Proche du clan Bouteflika, l’homme d’affaires était poursuivi pour « obtention de privilèges, d’avantages et de marchés publics en violation de la législation » et « blanchiment d’argent ». Ses deux frères et son fils se sont vu infliger sept ans de prison ferme chacun, alors que les deux anciens Premiers ministres Ouyahia et Sellal, poursuivis dans la même affaire, ont été condamnés à 10 de prison ferme chacun.

La série de procès et de condamnations contre les anciens affidés de Bouteflika ne semble pas près de connaître son dernier épisode. Cette fois-ci, le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger a prononcé de lourdes peines de prison à l’encontre d’ex-ministres et d’un des plus influents hommes d’affaires de l’ère Bouteflika, le patron de l’automobile Mahieddine Tahkout, lors d’un nouveau procès pour corruption, a indiqué la défense.

Mahieddine Tahkout, qui dirigeait un important réseau de concessionnaires et possédait une usine d’assemblage du constructeur sud-coréen Hyundai, a été condamné ce mercredi à 16 ans de prison ferme, a indiqué à l’AFP un de ses avocats, Me Khaled Bourayou. Le tribunal de Sidi Mhamed à Alger a suivi les réquisitions du parquet qui avait demandé 16 ans d’emprisonnement pour Tahkout, a-t-il ajouté.

Il a été condamné pour « obtention de privilèges, d’avantages et de marchés publics en violation de la législation » et « blanchiment d’argent » avec ses deux frères et son fils, qui se sont vu infliger sept ans de prison ferme chacun, rapporte l’AFP.

Le tribunal de Sidi M’hamed a également ordonné le gel de tous les comptes bancaires des sociétés de Tahkout, la confiscation de leurs biens et leur exclusion de la participation aux marchés publics pour une durée de 5 ans, rapporte l’APS. Le tribunal a aussi rendu un jugement réclamant l’indemnisation du trésor public à hauteur de 309 milliards de DA.

A LIRE AUSSI:   L'Algérie toujours fortement dépendante des hydrocarbures,

10 ans pour Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal

Dans la même affaire, le tribunal a condamné les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal à une peine de 10 ans de prison ferme et 500 000 dinars algériens d’amende chacun, alors que l’ancien ministre de l’Industrie, Abdeslam Bouchouareb, en état de fuite, écope d’une peine de 20 ans de prison ferme assortie d’une amende de 2 000 000 de DA.

L’ancien ministre de l’Industrie Youcef Yousfi et l’ancien wali (préfet) de Skikda Faouzi Belhocine ont été condamnés à 2 ans d’emprisonnement ferme. L’ancien ministre des Travaux publics Ammar Ghoul écope, quant à lui, de 3 ans de prison ferme, tandis que l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports Abdelghani Zaalane a été acquitté des charges retenues contre lui.

Mahieddine Tahkout est un proche de l’ex-chef d’Etat Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en avril 2019 sous la pression de l’armée et d’un soulèvement populaire. Il était en détention provisoire depuis juin 2019. Petit commerçant, il a fait fortune en constituant une flotte de bus et en obtenant des marchés publics dans le secteur des transports universitaire et urbain. Il s’agit du quatrième grand procès pour corruption de l’ère Bouteflika.

Source : La Tribune Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’ONU met en garde contre une baisse dangereuse des vaccinations pendant la pandémie de COVID

Read Next

État de santé d’Ali Bongo: la présidence gabonaise réagit aux propos de Bruno Fuchs