L’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie sont dans l’impasse sur le barrage du Nil dans de nouveaux pourparlers

Ethiopian workers construct on March 31, 2015 the Grand Renaissance Dam near the Sudanese-Ethiopian border. Ethiopia began diverting the Blue Nile in May 2013 to build the 6,000 megawatt dam, which will be Africa’s largest when completed in 2017. The leaders of Egypt and Ethiopia promised on March 24 to boost cooperation on the Nile river and turn a page on a long-running row over Addis Ababa’s controversial dam project. Egypt, heavily reliant for millennia on the Nile for agriculture and drinking water, feared that the Grand Renaissance Dam would decrease its water supply. AFP PHOTO / ZACHARIAS ABUBEKER (Photo by ZACHARIAS ABUBEKER / AFP)

L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan ne sont pas parvenus à un accord lors d’une nouvelle série de pourparlers organisée par l’Union africaine pour réguler le débit de l’eau du barrage hydroélectrique géant du Nil Bleu construit par Addis-Abeba, les trois pays m’a dit.

L’UA a lancé son effort de médiation il y a deux semaines, impliquant onze sessions en ligne pour mettre fin à l’impasse concernant le remplissage et l’exploitation du barrage du Grand Ethiopian Renaissance (GERD) de 4 milliards de dollars sur le Nil bleu, qui se jette dans le Nil.

Le barrage est la pièce maîtresse de la tentative de l’Éthiopie de devenir le plus grand exportateur d’électricité d’Afrique, mais a suscité des inquiétudes au Caire que les réserves déjà rares de l’Égypte en eaux du Nil, dont sa population de plus de 100 millions d’habitants dépend presque entièrement, seraient encore plus limitées.

« Les demandes inchangées et supplémentaires et excessives de l’Égypte et du Soudan ont interdit la conclusion de ce cycle de négociations par un accord », a déclaré mardi le ministère éthiopien des Affaires étrangères.

Il n’a pas donné de détails, mais a déclaré que l’Éthiopie était disposée à faire preuve de souplesse à mesure que les pourparlers se poursuivraient.

Le ministère égyptien de l’irrigation a déclaré lundi que les trois pays soumettraient un rapport sur les pourparlers au médiateur Cyril Ramaphosa, le président sud-africain et président de l’Union africaine qui prépare un nouveau mini sommet.

« L’objectif souhaité est de toujours parvenir à un accord et c’est ce que nous essayons d’atteindre », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry à la télévision locale.

A LIRE AUSSI:   Israël: visite du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

Le ministre soudanais de l’Information, Faisal Saleh, a déclaré lundi que le problème devait être résolu par le dialogue, et qu’une solution équitable était nécessaire pour limiter l’impact négatif du barrage.

Les trois pays devaient signer un accord à Washington en février, mais l’Éthiopie a ignoré la réunion et seule l’Égypte a paraphé l’accord.

Le RGO est en cours de construction à environ 15 km (9 miles) de la frontière avec le Soudan sur le Nil bleu, source de la plupart des eaux du Nil.

Le Soudan et l’Égypte ont recherché un accord juridiquement contraignant avant le remplissage du barrage, dont l’Éthiopie a annoncé qu’il commencerait ce mois-ci en utilisant des pluies saisonnières.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les créanciers de South African Airways approuvent un plan de sauvetage

Read Next

Les espoirs électoraux de Drogba subissent un coup dur