Le service des renseignements du Congo ordonne un audit des dépenses du gouvernement intérimaire

L’agence de renseignement en République démocratique du Congo a ordonné un audit des dépenses du gouvernement intérimaire qui dirige le pays depuis sept mois depuis l’investiture du président Felix Tshisekedi, a annoncé mercredi le chef de l’agence

Le chef des services de renseignements, Justin Inzun Kakiak, a refusé dans un entretien téléphonique de préciser les raisons de l’audit, ordonné dans une lettre du 17 août à l’inspecteur général des finances, mais des groupes de la société civile ont accusé le cabinet par intérim de dépenses excessives.Depuis son entrée en fonction en janvier après des élections contestées, M. Tshisekedi a promis de mettre fin à la corruption qui, dit-il, a proliféré sous son prédécesseur, Joseph Kabila. Kabila, au pouvoir depuis 18 ans, a été empêché par la durée du mandat de rester au pouvoir.

Le cabinet intérimaire est constitué en grande partie de membres du gouvernement final de Kabila. Ils sont restés en place alors que les négociations en vue de la constitution d’un nouveau gouvernement se traînaient entre Tshisekedi et Kabila, dont la coalition avait remporté une large majorité parlementaire lors du vote de décembre.Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a finalement nommé les nouveaux ministres et vice-ministres lundi, mais ils n’ont toujours pas prêté serment.

Une corruption généralisée a contribué à faire du pays l’un des plus pauvres du monde en dépit de vastes réserves de cuivre, de cobalt et d’or. Le tsar anti-corruption de Kabila a estimé en 2015 que le pays perd jusqu’à 15 milliards de dollars par an à cause de fraudes, trois fois plus que le budget fédéral.

A LIRE AUSSI:   Libye: devant l’ONU, Ghassan Salamé dénonce toujours les ingérences étrangères

La lettre de l’agence de renseignement, écrite au nom d’Inzun par son adjoint, ordonne à l’inspecteur général des finances de «vérifier toutes les dépenses du trésor public à tous les ministères depuis l’inauguration de (Tshisekedi)».

Il est dit que l’ordre est «pour des raisons urgentes de sécurité de l’État», sans plus de précision. Inzun a confirmé son authenticité.

Des groupes de surveillance ont critiqué les lourdes dépenses du gouvernement intérimaire, dont certains ministres ont supervisé deux ou trois portefeuilles à la fois après le départ d’autres ministres pour siéger au Parlement.exemple, il a envoyé une délégation de plus de 170 personnes au tournoi de football de la Coupe d’Afrique des Nations en Égypte en juin. À la fin du mois de juillet, la présidence avait déjà dépassé de 37% son budget pour l’ensemble de l’année, selon les données officielles.

Le porte-parole de Tshisekedi n’a pas pu être immédiatement contacté pour commenter. Tshisekedi avait précédemment rejeté les reportages dans les médias sur le gaspillage de dépenses comme une « spéculation » poussée par ses adversaires.

L’autorité de Tshisekedi est ténue compte tenu des larges majorités dont bénéficient les alliés de Kabila au parlement.

Source: Reuters /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Mozambique : lancement officiel de la restructuration de la dette

Read Next

Congo-B: des doutes sur les données concernant le nouveau gisement de pétrole