Le président zimbabwéen renonce à supprimer les subventions céréalières – Médias d’Etat

Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa,

Le gouvernement du président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, abandonnera son plan de suppression des subventions aux céréales l’an prochain, une initiative qui, selon lui, protégera les citoyens appauvris de la hausse des prix des denrées alimentaires, ont rapporté jeudi les médias d’Etat.

Le pays traverse sa pire crise économique depuis une décennie, marquée par une inflation galopante et des pénuries de denrées alimentaires, de carburant, de médicaments et d’électricité.

La moitié de la population du Zimbabwe a besoin d’aide alimentaire après une sécheresse dévastatrice dans toute la région de l’Afrique australe, aggravée par une économie qui devrait se contracter de 6,5% cette année et d’un mois sur un mois, avec un sommet de 38,75%.

L’agence céréalière du Zimbabwe achète des céréales aux agriculteurs et les commercialise à des prix subventionnés, coûtant des dizaines de millions de dollars au Trésor. Le gouvernement avait prévu de supprimer la subvention dans son budget 2020.

Mnangagwa a été cité dans le journal public Herald comme déclarant que cela ne se produirait plus.

« Nous ne pouvons pas supprimer la subvention », aurait-il déclaré. « Donc, je le restaure pour que le prix du repas soit aussi réduit (l’année prochaine). »

L’élimination de la subvention céréalière du gouvernement aurait entraîné un sac de 10 kg de farine de maïs, l’aliment de base du pays, coûtant 102 dollars zimbabwéens (environ 6,30 dollars US), contre 60 dollars zimbabwéens dans un pays où le taux de chômage est de 90%.

La semaine dernière, le gouvernement a supprimé les contrôles à l’importation de maïs et de farine de blé afin de prévenir les pénuries alimentaires.

A LIRE AUSSI:   Kenya : des policiers tués dans une explosion près de la frontière avec la Somalie

La réintroduction par le Zimbabwe d’une monnaie locale après 10 ans de dollarisation, conjuguée à la suppression des subventions sur les carburants et l’électricité, a déclenché une inflation qui a déclenché des manifestations fréquentes et parfois mortelles contre le gouvernement de Mnangagwa.

Selon des groupes de défense des droits de l’homme, au moins 17 personnes ont été tuées et des centaines arrêtées en janvier, après que les forces de sécurité aient réprimé les manifestations contre la hausse du prix de l’essence. La police a interdit de nouvelles manifestations.

Les premiers espoirs que Mnangagwa, qui avait succédé à l’ancien président Robert Mugabe après un coup d’État en novembre 2017, ressuscitent l’économie, disparaissent rapidement en raison de l’aggravation de la crise économique et de la lenteur des réformes politiques.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Hanoomanjee ou Labelle, l’espoir du retour d’une femme à la tête de Maurice ?

Read Next

Trois morts dans des attaques contre des centres de réponse au virus Ebola au Congo