Le conseil du FMI approuve un prêt de 4,3 milliards de dollars pour aider l’Afrique du Sud à lutter contre la pandémie

FMI

Le Fonds monétaire international a déclaré lundi que son conseil exécutif avait approuvé un financement d’urgence de 4,3 milliards de dollars pour l’Afrique du Sud afin d’aider le pays à faire face aux «graves conséquences économiques» et aux défis sanitaires de la pandémie de coronavirus.

Le FMI a déclaré que le prêt de l’Instrument de financement rapide (RFI), égal à 100% de la quote-part du FMI de l’Afrique du Sud, ou de la participation, aidera à répondre aux besoins urgents de balance des paiements en raison des pressions budgétaires causées par la pandémie.

Il « limitera également les retombées régionales et catalysera des financements supplémentaires d’autres institutions financières internationales », a ajouté le Fonds dans un communiqué.

L’économie la plus industrialisée d’Afrique, qui dépend des investisseurs étrangers pour financer son double déficit courant et son déficit budgétaire, était en récession avant même que le COVID-19 ne commence à ravager son économie.

Les prévisions prévoient une diminution du produit intérieur brut d’au moins 7% cette année et un déficit budgétaire d’environ 15% du PIB.

L’Afrique du Sud prévoit d’emprunter environ 7 milliards de dollars aux institutions financières internationales pour amortir l’impact économique du COVID-19 et aider les entreprises et les ménages en difficulté.

Sur ces 7 milliards de dollars, la nouvelle banque de développement du groupe de pays BRICS – dont l’Afrique du Sud est membre – a déjà approuvé un prêt de 1 milliard de dollars, et la Banque africaine de développement a annoncé qu’elle prêterait au gouvernement environ 5 milliards de rands (304,55 dollars). million). Les discussions avec la Banque mondiale sont en cours.

A LIRE AUSSI:   Sida – Afrique du Sud : ce nouveau traitement qui pourrait changer la donne

«À l’avenir, nos mesures fiscales s’appuieront sur nos forces politiques et limiteront les vulnérabilités économiques existantes qui ont été exacerbées par la pandémie COVID-19», a déclaré le ministre des Finances Tito Mboweni dans un communiqué après l’annonce du FMI.

Le gouvernement s’est efforcé de souligner qu’il ne voulait pas d’un programme d’ajustement structurel du FMI, reflétant une profonde méfiance au sein du parti au pouvoir du Congrès national africain (ANC) et du mouvement syndical influent en raison des conditions d’austérité possibles d’un tel programme.

Le premier directeur général adjoint et président du FMI, Geoffrey Okamoto, a déclaré qu’il était urgent pour l’Afrique du Sud de «renforcer les fondamentaux économiques et d’assurer la viabilité de la dette en procédant à un assainissement budgétaire, en améliorant la gouvernance et les opérations des entreprises publiques et en mettant en œuvre d’autres structures structurelles propices à la croissance. réformes. »

L’Afrique du Sud a enregistré plus de 400000 cas de coronavirus, le plus en Afrique, les cas augmentant à l’un des taux quotidiens les plus rapides au monde ces dernières semaines.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’armée soudanaise appelée en renfort au Darfour