Tous les membres de l’ANC de l’Afrique du Sud accusés de corruption doivent se retirer ou être suspendus -Ramaphosa

cyril ramaphosa

Tous les membres du parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), qui ont été accusés de corruption ou d’autres crimes graves doivent se retirer dans les 30 jours, sous peine d’être suspendus, a déclaré lundi le président Cyril Ramaphosa.

Les allégations de corruption contre des membres du parti, dont Ace Magashule, secrétaire général et l’un des six plus puissants responsables de l’ANC, ont approfondi les failles au sein du parti qui dirige l’Afrique du Sud depuis la fin du règne de la minorité blanche en 1994.

Magashule a nié les accusations de corruption, qui concernent un contrat d’audit des maisons avec des toits en amiante lorsqu’il était premier ministre de la province de l’État libre.

En décembre, la commission d’intégrité de l’ANC a recommandé à Magashule de se retirer de son poste en attendant l’issue de l’affaire de corruption.

La décision des membres de quitter leur poste, qui a été au centre des discussions lors des réunions du Comité exécutif national (NEC) de l’ANC, sera considérée comme une victoire pour Ramaphosa, qui s’est engagé à nettoyer l’image de l’ANC avec une position ferme sur la corruption. depuis qu’il est devenu chef du parti en décembre 2017.

Cela pourrait toutefois avoir des ramifications politiques importantes avant les élections locales de cette année.

Magashule est issu d’une faction au sein du parti au pouvoir qui a parfois semblé en désaccord avec Ramaphosa depuis qu’il a remplacé Jacob Zuma à la tête de l’État en février 2018.

À la suite de la réunion du NEC de l’ANC, Ramaphosa a déclaré lundi que la période de 30 jours «sera de permettre la mise en œuvre de la décision conformément aux lignes directrices, et non de réexaminer la décision».

A LIRE AUSSI:   Erdogan en visite à Alger : Libye et coopération économique au menu des discussions

«Le NEC s’est félicité de la décision du secrétaire général de l’ANC, Ace Magashule, d’utiliser ce temps pour solliciter les conseils d’anciens dirigeants du mouvement», a ajouté Ramaphosa lors de son discours à la nation.

Reuters n’a pas pu joindre Magashule pour commenter. Il a déclaré en novembre: «Je ne me retirerai que si les branches qui m’ont voté me le demandent.»

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

A Tunis, un projet d’aménagement de la lagune inquiète les défenseurs de l’environnement