L’Angola ne veut pas poursuivre les avoirs de dos Santos à l’étranger

Les tribunaux angolais se sont abstenus de saisir les avoirs de l’ex-première fille du milliardaire Isabel Dos Santos à l’étranger, mais n’hésiteront pas à le faire si nécessaire, a déclaré un porte-parole du parquet.

Les commentaires semblent désamorcer la dispute des autorités angolaises avec dos Santos en indiquant que ses intérêts commerciaux étrangers ne sont pas dans leur ligne de mire pour l’instant.

L’Angola a saisi les actifs nationaux de dos Santos le 31 décembre, alléguant qu’elle et son mari avaient dirigé des paiements de plus d’un milliard de dollars de la compagnie pétrolière d’État Sonangol et du groupe officiel de négoce de diamants Sodiam aux entreprises où ils détenaient des participations.

Elle nie les allégations comme une «chasse aux sorcières» visant à affaiblir l’influence de son père Jose Eduardo et à distraire des échecs du nouveau président Joao Lourenco.

«Les biens que nous avons saisis sont ceux qui sont sous la juridiction du tribunal. Nous n’avons pris aucune mesure dans d’autres pays avec lesquels nous avons une coopération judiciaire, mais si nécessaire, nous n’hésiterons pas à recourir à ces mécanismes », a déclaré le porte-parole du parquet, Alvaro Joao, à Reuters par e-mail depuis Luanda.

Le gel des avoirs concernant dos Santos, son mari Sindika Dokolo et son associé Mario da Silva ne sera pas traité comme une allégation de corruption car il s’agit d’une affaire civile concernant les dettes envers l’État, a ajouté le porte-parole.

«Les parties peuvent résoudre l’affaire de plusieurs manières: en reconnaissant la dette à l’État et en la payant, ou en la portant à la fin de l’affaire pour laisser les tribunaux décider.»

A LIRE AUSSI:   Les travailleurs sud-africains de la SAA entament une grève qui pourrait paralyser une compagnie aérienne

Dos Santos, nommée la femme la plus riche d’Afrique par Forbes avec une fortune estimée à plus de 2 milliards de dollars, est une figure très conflictuelle en Angola. Ses partisans la considèrent comme une entrepreneure de premier plan tandis que ses détracteurs disent qu’elle incarne le fléau de la corruption sur le continent.

Dos Santos détient des participations importantes dans plusieurs entreprises portugaises importantes, notamment dans la banque Eurobic, la société de télécommunications NOS, la société d’ingénierie Efacec et la société pétrolière et gazière Galp Energia.

Depuis que Lourenco a succédé à Eduardo en 2017, après une règle de près de quatre décennies, il a réprimé le rôle des enfants de son prédécesseur dans les entreprises d’État.

Il a licencié dos Santos de son poste de président de la compagnie pétrolière Sonangol et son frère du fonds souverain.

«Il s’agit d’un procès politique, vous avez un État persécuteur et des magistrats serviles et partisans. Ensuite, vous avez une femme qui a été choisie pour donner l’exemple en tant que bouc émissaire. C’est moi », a déclaré dos Santos à Reuters la semaine dernière à Londres.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Quelle Constitution pour l’Algérie de l’après-Bouteflika ?

Read Next

Corruption dans l’athlétisme : le procès de Lamine Diack renvoyé pour des problèmes de procédure