L’ancien ministre de la Santé du Congo interrogé sur les dépenses liées à Ebola

Oly Ilunga L’ancien ministre de la Santé de la République démocratique du Congo

L’ancien ministre de la Santé de la République démocratique du Congo a été interrogé par la police sur sa gestion des fonds pour la réponse du pays à l’épidémie d’Ebola, ont annoncé lundi ses avocats.

Ils ont nié tout acte répréhensible commis par Oly Ilunga et ont déclaré qu’aucune accusation formelle n’avait été portée contre lui concernant la riposte à Ebola. Toutes les allégations, ont-ils déclaré, seraient «non fondées (et) sans fondement en preuve».

Ilunga a supervisé la réponse du gouvernement à l’épidémie, la deuxième plus meurtrière de l’histoire, pendant près d’un an. Il a été démis de ses fonctions par la présidence en juillet et a démissionné du gouvernement quelques jours plus tard.

Dans sa lettre de démission, il a vivement critiqué la nouvelle équipe gouvernementale chargée de superviser la riposte. Selon lui, les responsables de la santé et des groupes extérieurs ont fait pression pour introduire un deuxième vaccin contre l’épidémie.

Les avocats d’Ilunga, Guy Kabeya et Willy Ngashi, ont déclaré que leur client avait été convoqué par la police en juillet pour répondre aux accusations d’un responsable de la santé selon lesquelles Ilunga avait abusé de son autorité et détourné des fonds sans lien avec Ebola.

Puis, à la fin du mois dernier, après que trois des conseillers aient été arrêtés pour des raisons inconnues, il a été interrogé sur Ilunga au sujet de son rôle dans la gestion de la réponse au virus Ebola et des circonstances de sa démission, ont indiqué les avocats dans un communiqué.

Ils ont ajouté que la police avait demandé à Ilunga de fournir des documents concernant les paiements versés aux chefs de village en échange de leur travail de diffusion d’informations sur Ebola, ainsi que des primes mensuelles versées aux employés du ministère.

A LIRE AUSSI:   Soudan: des ONG appellent à la remise "immédiate" de Béchir à la CPI

Un porte-parole de la police n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les donateurs étrangers ont consacré plus de 150 millions de dollars à la riposte au virus Ebola au cours de l’année écoulée, mais les Nations Unies ont déclaré que des centaines de millions de dollars supplémentaires étaient nécessaires.

S’exprimant lors d’une visite dimanche dans la ville où la flambée actuelle a commencé, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que 15% seulement des annonces de contributions à la réponse avaient été versées à ce jour.

«Cela signifie qu’il y a un problème de liquidité dans la réponse, qui est extrêmement grave. Et quand il n’y a pas d’argent, même s’il y a des promesses, la réponse à Ebola s’arrête », a déclaré Guterres.

Jusqu’à présent, l’épidémie a tué 2 031 personnes et en a infecté 1 000 autres. Seule l’épidémie de 2013-2016 en Afrique de l’Ouest, qui a tué plus de 11 300 personnes, a été plus meurtrière.

Source: Reuters/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Sénégal : pour alléger son train de vie, le gouvernement met fin aux « forfaits illimités » des ministres

Read Next

Antonio Guterres est pour un financement de la force du G5 Sahel par les Nations unies