La Namibie envisage d’importer du bétail alors que la sécheresse décime les troupeaux locaux

La société d’État namibienne de transformation et de commercialisation de la viande Meatco est en pourparlers avec le voisin du Botswana pour importer du bétail, car une grave sécheresse décime les troupeaux locaux et menace les accords d’exportation de viande bovine avec la Chine et les pays européens.

Le pays du désert d’Afrique australe s’est rapproché de la famine le mois dernier après que le niveau des barrages est tombé en dessous de 20%, une baisse que les responsables imputent au changement climatique et à la pire sécheresse de près d’un siècle qui a également frappé l’Afrique du Sud, la Zambie et le Zimbabwe.

Le président par intérim de Meatco, Ronald Kubas, a déclaré mardi à Reuters que son entreprise s’était récemment rendue au Botswana et qu’il était logique d’acheter du bétail dans ce pays, car le Botswana avait les mêmes normes de santé animale que la Namibie.

La Namibie est devenue le deuxième pays africain après l’Afrique du Sud à respecter les conditions d’importation strictes de la Chine pour le bœuf non désossé l’an dernier.

La population massive de la Chine a vu son appétit pour le bœuf augmenter après qu’une épidémie de peste porcine africaine ait anéanti des centaines de millions de porcs.

La Namibie exporte actuellement 10 000 tonnes de boeuf par an vers l’Union européenne.

Une sécheresse de cinq ans en Afrique australe a provoqué la chute des barrages en Zambie et au Zimbabwe, ce qui a entraîné des coupures d’électricité. Dans certaines parties de l’Afrique du Sud, des gens ont foré des forages et transporté des camions dans l’eau.

A LIRE AUSSI:   Le Zimbabwe, frappé par la sécheresse, prépare une migration massive d'animaux sauvages

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le chef de la diplomatie française en visite à Alger

Read Next

Initiative de Lomé : la nouvelle offensive africaine contre le trafic de faux médicaments