Chakwera du Malawi promet une répression de la greffe lors d’une inauguration modérée au milieu d’un virus

Le chef du Parti du Congrès de l’Opposition, Malawi, Lazarus Chakwera

Le nouveau président du Malawi, Lazarus Chakwera, s’est engagé à réprimer la corruption lundi, alors qu’il prononçait son discours d’inauguration lors d’une cérémonie réduite, atténuée par une flambée de cas de COVID-19.

Chakwera a renversé l’ancien leader Peter Mutharika lors d’une nouvelle élection le 23 juin après que les élections de 2019 aient été annulées par un tribunal, invoquant des irrégularités.

La décision a été reprise par un tribunal kenyan en 2017, qui a annulé la victoire électorale du président Uhuru Kenyatta. Les deux étaient surprenants sur un continent où les tribunaux fléchissent rarement leurs muscles face à de puissants présidents.

Le vote répété a été considéré comme un test de la capacité des tribunaux africains à lutter contre la fraude électorale et à restreindre l’autorité présidentielle, et la transition du pouvoir a été acclamée par les militants pro-démocratie et bon nombre des 18 millions de citoyens du Malawi.

L’augmentation des infections à COVID-19 a cependant freiné l’inauguration, qui aurait coïncidé avec les célébrations du jour de l’indépendance qui ont également été annulées.

L’inauguration était initialement prévue pour un stade national de 40 000 places dans la capitale Lilongwe, mais Chakwera a appelé à un événement beaucoup plus petit.

Beaucoup l’ont regardé à la télévision et d’autres dans les régions rurales du Malawi ont écouté son discours à la radio, sans grande fanfare à travers le pays.

« Ce n’est un secret pour personne que nous avons eu une administration après l’autre déplaçant son poste aux prochaines élections, promettant la prospérité mais engendrant la pauvreté … promettant la bonne gouvernance mais engendrant la corruption », a déclaré Chakwera à une petite foule d’une centaine de dignitaires au siège de les Forces de défense du Malawi à la périphérie de Lilongwe.

A LIRE AUSSI:   CATHOLICISME : Les 10 cardinaux africains qui peuvent devenir pape

«Avant de pouvoir commencer à reconstruire, nous devons nettoyer les décombres de la corruption, car elle a laissé nos impôts en ruine; nous devons débarrasser les décombres de la dépendance des donateurs, car elle a laissé notre dignité en ruines », a-t-il ajouté.

Des critiques ont accusé l’ancien président Mutharika de ne pas faire grand-chose pour lutter contre la corruption.

Les cas de COVID-19 au Malawi ont plus que doublé au cours des deux dernières semaines pour atteindre 1 406, avec 19 décès, et Chakwera promet de prendre des mesures dans l’un des rares pays à imposer un verrouillage national.

Source : Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La Casamance inquiète de l’arrivée de Bissau-guinéens

Read Next

Mozambique : Japonais, Coréens et Grecs aux portes de Total pour l’export du gaz