Industries : Le Kenya va augmenter sa production générale en vue de la Zlecaf

Pour mieux tirer parti de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) dont la mise en œuvre est prévue le 1er janvier 2021, le Kenya prépare l’augmentation générale de sa production industrielle.

Les autorités kényanes sont en train de mobiliser les industriels à travers le pays pour une augmentation générale de la production. L’objectif étant d’être capable d’alimenter le vaste marché que mettra en place la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) une fois implémentée comme prévu à compter du 1er janvier 2021, selon une sortie médiatique du ministère de tutelle devant la presse locale ce lundi.

Historiquement, le Kenya est un grand importateur de produits horticoles, le thé, le café, mais aussi le ciment et le poisson. Jusqu’ici 74,3% des exportations kenyanes s’écoulaient dans la sous-région est-africaines. Dans le cadre de la Zlecaf, le ministère de l’Industrie veut mettre l’accent sur l’agroalimentaire, afin d’approvisionner les marchés africains des principaux produits importés d’ailleurs dans le monde.

Approvisionner l’Afrique de l’Ouest, un défi

Outre ses voisins, le Kenya voudrait pouvoir approvisionner les autres sous-région, mais cogite autour du défi logistique. « Les ventes vers les pays de l’ouest et du sud de l’Afrique pourraient être difficiles en raison des infrastructures routières et ferroviaires inadéquates qui sont nécessaires pour rendre accessible leur livraison aux consommateurs », a déclaré Betty Maina, secrétaire de cabinet au ministère de l’Industrialisation, du Commerce et du Développement des entreprises. Le gouvernement explore actuellement la piste d’une coopération avec les transporteurs aériens.

Au Kenya, le secteur manufacturier pèse pour 8,4% dans le PIB. L’objectif de Nairobi est de porter ce pourcentage à 15% d’ici 2022. La Zlecaf qui établira à terme un marché de 1,3 milliards de consommateurs est considérée comme une aubaine.

A LIRE AUSSI:   Women’s Forum : du Bénin à la Tunisie, l’entrepreneuriat féminin au cœur des débats

Source: La Tribune Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Macky Sall : « Les règles qui gouvernent les Nations unies ne sont pas dans l’intérêt de l’Afrique »

Read Next

Violation du cessez-le-feu par le Maroc au Sahara occidental : L’échec des Nations unies