Congo Brazzaville : Dans l’univers de la déforestation du Pool


L’exploitation forestière artisanale, la production de bois de chauffage, de bois énergie (charbon de bois) sont des activités pratiquées par la plupart des habitants de cette contrée

La localité de Nkamou, située à environ 75 km de la ville de Brazzaville, en est une illustration. L’exploitation forestière artisanale, la production de bois de chauffage, de bois énergie (charbon de bois) sont des activités pratiquées par la plupart des habitants de cette contrée. Bakekolo Eveline, une dame dans la trentaine et mère de plusieurs enfants, a cessé le travail des champs depuis belle lurette.

Désormais, sa maisonnée vit de la vente du charbon de bois qu’elle produit elle-même. «Je sais bien que couper les arbres ce n’est pas bien, mais qu’est-ce que nous pouvons faire ? Nous sommes au Pool, et dans ce village, il n’y a rien de mieux à faire. Sans cela nous n’aurions pas de quoi manger», argumente-t-elle. Comme elle, un autre habitant du Pool, ancien milicien, affirme que la vente du charbon de bois produit localement constitue désormais sa seule source de revenus.

Il en profite pour interpeller le gouvernement congolais : «L’Etat doit arranger ce problème ; il n’existe pas d’école dans le Pool. Nos enfants souffrent ainsi que nous les parents. Nous sommes obligés de faire des charbons de bois si on veut gagner un peu d’argent. Quand tu voles, on te coupe la main. Notre activité est également mal perçue.

Si on te voit avec des cheveux comme les miens, on t’arrête sous prétexte que tu es Ninja (milice du Pasteur Ntoumi) et quand la police t’arrête, elle saisit tous les sacs de charbon de bois, et te prend tout l’argent. Donc, l’Etat doit arranger ce problème le plus vite possible». Pour rappel, la localité de Nkamou comme bon nombre des localités situées dans le Pool est une des victimes des événements socio-politiques de 1997, 1998, 2000 et encore récemment en 2015, qui ont secoué ce département.

A LIRE AUSSI:   Congo : Total confirme 14 cas de contamination au Covid-19 sur ses sites

Des bruits de bottes qui ont vu des milliers d’hectares de forêts et d’arbres disparaître à coups de haches et tronçonneuses pour faire vivre les fours à charbon qui sont légion dans la région. A la question de savoir s’il existe une politique pour empêcher ce phénomène, Nina Cynthia Kiyindou, en charge du programme Ressources naturelles et droits des communautés forestières à l’observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), explique qu’il n’existe pas de politique précise en ce qui concerne la lutte contre la déforestation dans le département du Pool.

Par contre, il existe la stratégie nationale REDD, qui a été adoptée et qui a commencé à être mise en œuvre.
A ces diverses stratégies, il y a des projets de retour à l’agriculture ou encore à l’élevage mis sur pied par certains habitants. Ruphin Kinanga est un jeune entrepreneur originaire du Pool qui a décidé de s’installer à Nkamou pour y créer un centre agricole et d’élevage.

L’objectif poursuivi est de persuader les habitants de ce village d’arrêter avec l’activité de charbon et de retourner aux travaux champêtres. «Depuis la fin de la guerre, les populations n’ont plus les moyens pour retourner travailler les champs et attendre au minimum une année, donc elles se sont lancées dans la production du charbon, donc nous avons ramené ce projet à Nkamou pour essayer de convertir actuellement les femmes productrices de charbon en éleveuses de pondeuses», explique-t-il. Cette initiative certes saluée par la population, n’a pas encore connu l’engouement souhaité par son promoteur, encore moins l’adhésion espérée.

Chantal Loumouamou, une habitante de Kamou, explique la difficulté du retour à l’agriculture dans l’immédiat par le fait que sa survie au quotidien et celle de sa maisonnée dépend du charbon de bois. Attendre que les cultures maraîchères arrivent à maturité afin de les revendre serait un supplice pour elle ainsi que pour bon nombre de villageois. La quête ou la lutte pour la survie au quotidien reste la raison principale avancée par les habitants de Nkamou pour justifier la destruction des forêts.

A LIRE AUSSI:   Congo-Brazzaville: l’opposition rejette la proposition du vote par anticipation

La destruction des forêts du Pool par la coupe pour le bois de chauffage et pour la fabrication de bois énergie (charbon de bois) démontre suffisamment l’acharnement de l’humain sur la nature avec les impacts et autres conséquences qu’il a sur l’environnement. Nina Cynthia Kiyindou Yombo, la chargée des ressources naturelles à l’Observatoire congolais des droits de l’homme explique : «Le département du Pool est parmi les départements les plus stratégiques parce qu’étant très proche de Brazzaville. Il n’est pas rare de voir au bout de quinze minutes dix à vingt camions chargés de bois ou de charbon de bois en train de circuler.

C’est pour dire que la question est vraiment cruciale en ce qui concerne le département du Pool. Le phénomène de la déforestation est bien là, il y a des zones où il y avait la forêt avant, et maintenant il n’y a plus de forêt. La forêt a disparu. Pour dire que la question se pose avec acuité en ce qui concerne la déforestation dans le département du Pool.» La situation constatée dans le village de Nkamou n’est pas isolée.

Tout le département du Pool est impacté par la déforestation. Sur une carte trouvée a sein des bureaux de l’OCDH qui porte sur les concessions forestières et aires protégées en République du Congo, l’on peut voir que le département du Pool ne compte plus à ce jour que deux forêts situées dans les villages de Ktembo et Bangou, une situation qui interpelle sur la problème de la déforestation dans la région. Une situation qui a aussi un impact sur l’environnement. Les demandes d’entretien au ministère du Tourisme et de l’Environnement sur la politique officielle de l’Etat congolais sur la question n’ont pas abouti jusqu’au moment du bouclage de ce reportage.

A LIRE AUSSI:   Soudan du Sud : Riek Machar de nouveau vice-président, bientôt un nouveau gouvernement

Source : El watan /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La frontière entre Goma et Gisenyi reste fermée