Cinq présidents ouest-africains à Bamako pour apaiser le Mali

Mahamadou Issoufou accueilli à son arrivée par Ibrahim Boubacar Keïta

Macky Sall (Sénégal), Alassane Ouattara (RCI), Mahamadou Issoufou (Niger), Muhammadu Buhari (Nigeria) et Nana Akufo-Addo (Ghana ) tentent de relancer la médiation de la Cédéao entre IBK et le Mouvement M5.

« Nous sommes venus en tant que chefs d’Etat de la Cédéao voir le président Ibrahim Boubacar Keïta, voir aussi les autres parties concernées pour apporter le salut et dans l’espoir que le Mali reprenne le travail pour la stabilité du pays mais aussi de la sous-région ». Voilà ce qu’a déclaré Macky Sall, le président du Sénégal, à son arrivée à Bamako.

Krise in Mali | ECOWAS | Macky Sall und Ibrahim Boubacar Keïta (Présidence du Mali)

Macky Sall (à droite) sur le tarmac de l’aéroport de Bamako

Avec quatre autres chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest, le président sénégalais, a rencontré son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta, en proie à une forte contestation depuis plusieurs semaines. 

Le Mouvement M5-RFP, emmené par l’imam Mahmoud Dicko, rejette les conclusions de la médiation tentée le week-end dernier par la Cédéao et réclame toujours la démission d’IBK. De nouvelles manifestations ont eu lieu aujourd’hui à Bamako.

Certains manifestants en ont profité pour réclamer la libération de l’opposant Soumaïla Cissé, retenu en otage dans le nord du pays.

Les présidents du Sénégal, du Ghana, du Niger, du Nigeria et de Côte d’Ivoire, devaient rencontrer tous les acteurs de la crise actuelle pour tenter de trouver un terrain d’entente.

Un sommet virtuel de la Cédéao pourrait avoir lieu lundi 27 juillet.

Ecoutez, en cliquant ci-contre, le récit de notre correspondant à Bamako, Mahamadou Kane, en direct, à 17hTU, de l’Hôtel Sheraton où se passaient ces rencontres.

Source: Deutsche welle Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

A LIRE AUSSI:   Covid-19 : la Zlecaf ne se concrétisera pas le 1er juillet 2020

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le Nigeria promet de riposter à l’assassinat de travailleurs humanitaires