Un quatrième sommet pour normaliser les relations entre le Rwanda et l’Ouganda

Le président angolais Joao Lourenço (au centre) sert la main du président rwandais Paul Kagame après la signature d’un accord avec le président ougandais Yoweri Museveni (à gauche), le 21 août 2019. JOAO DE FATIMA /

Paul Kagame et Yoweri Museveni se rencontrent ce vendredi à la frontière, sous la médiation de Félix Tshisekedi et Joao Lourenço. Objectif : normaliser les relations.

La rencontre est prévue à la frontière entre les deux pays, où la circulation est au point mort depuis près d’un an. Le but : normaliser les relations entre Kampala et Kigali, qui s’accusent mutuellement de déstabilisation. Ces derniers jours, le dialogue semble cependant avoir repris, alors que les deux voisins ont échangé des prisonniers dès janvier 2020.

Treize ressortissants rwandais ont été libérés par l’Ouganda mardi. Kampala a également transféré deux hommes suspectés par Kigali d’avoir participé à l’attaque de Kinigi, qui avait coûté la vie à 14 civils en octobre dans le nord du Rwanda.

Le geste a été salué par les autorités rwandaises qui assurent de leur côté avoir relâché vingt ressortissants ougandais. Ils auraient été transférés vers Kampala la semaine dernière.

Les deux voisins parlent de « gestes de bonne volonté » à l’approche du sommet de demain, mais restent tout de même campés sur leurs positions. Kigali persiste à dire qu’une centaine de Rwandais sont toujours détenus illégalement en Ouganda. Le Rwanda continue aussi d’accuser son voisin de soutenir des groupes rebelles hostiles au gouvernement de Paul Kagame. Kigali donne une liste de noms et demande à Kampala d’ouvrir des enquêtes.

De son côté, l’Ouganda demande aussi la libération d’autres Ougandais détenus au Rwanda.

Seul point positif : selon une source gouvernementale rwandaise, un traité d’extradition entre les deux pays pourrait être ratifié demain lors du sommet.

A LIRE AUSSI:   Le Rwanda, un modèle économique en Afrique?

Source: RFI Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

En Tunisie, le parti Ennahda soutient le gouvernement remanié d’Elyes Fakhfakh

Read Next

Présidentielle au Togo : un président sortant inamovible et six candidats d’opposition