Un avocat se rend, accusé d’avoir corrompu des témoins dans une affaire de la CPI contre le vice-président du Kenya

Le vice-président du Kenya, William Ruto

Un avocat s’est rendu lundi aux autorités néerlandaises pour faire face à des accusations de corruption de témoins devant la Cour pénale internationale lors d’un procès du vice-président kényan William Ruto qui s’est effondré il y a quatre ans.

L’avocat kényan Paul Gicheru était recherché sur un mandat d’arrêt de la CPI datant de 2015 qui l’accusait d’avoir tenté de soudoyer six témoins à charge pour qu’ils se rétractent dans l’affaire.

Ruto et son co-accusé, le diffuseur Joshua Sang, ont tous deux été accusés d’avoir fomenté des violences ethniques après une élection contestée de 2007, où 1 200 personnes sont mortes.

Les juges ont statué en 2016 qu’ils n’avaient pas de dossier à répondre, bien qu’ils aient laissé la porte ouverte à d’éventuelles nouvelles charges à l’avenir, notant que l’affaire avait été entravée par des ingérences politiques et des menaces contre des témoins.

Un porte-parole de Ruto ne ferait aucun commentaire sur le cas de Gicheru, sauf pour souligner que Gicheru n’avait jamais agi en tant qu’avocat de Ruto. Reuters n’a pas été en mesure de joindre immédiatement un représentant de Gicheru.

Dans un communiqué, la CPI a déclaré qu’elle avait demandé aux Néerlandais de remettre Gicheru à la cour dès que les procédures d’arrestation seraient terminées.

Une affaire similaire alléguant un rôle dans les violences électorales de 2007 contre le président kényan Uhuru Kenyatta s’est effondrée en 2015.

Source : Reuters Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

A LIRE AUSSI:   Gabon: la suspension de la juge Akolly «conforme» à la loi, selon le syndicat des magistrats

Tribune d'Afrique

Read Previous

RDC : Félix Tshisekedi lance les consultations nationales