Selon l’OMS, l’Afrique est à un « moment charnière » dans son combat contre le coronavirus

Bien que le continent ait été moins touché que d’autres par la pandémie de Covid-19, les cas et les décès sont de nouveau en hausse après l’allègement des restrictions.

L’Afrique est à un « moment charnière » dans son combat contre le Covid-19, au moment où les cas et les décès sont en hausse après l’allégement des restrictions, a averti, jeudi 15 octobre, la directrice de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le continent. Au cours des 30 derniers jours, les contaminations hebdomadaires y ont augmenté en moyenne de 7 % et les décès de 8 %, selon le Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies (Africa CDC), agence spécialisée de l’Union africaine (UA).

« Nous sommes réellement à un moment charnière de la pandémie en Afrique. Alors que les courbes de l’épidémie sur le continent avaient connu une tendance à la baisse au cours des trois derniers mois, ce déclin s’est stabilisé », a expliqué Matshidiso Moeti, directrice de l’OMS pour l’Afrique, lors d’une conférence de presse. En dépit d’inquiétudes initiales sur les conséquences potentiellement dévastatrices de l’épidémie sur un continent pauvre et largement dépourvu de structures sanitaires, les 55 Etats de l’UA ont enregistré jusqu’ici environ 1,6 million de cas, soit 4,2 % du total mondial, selon le CDC Africa. Les 39 000 décès recensés en Afrique représentent 3,6 % du total mondial, alors que le continent compte 17 % de la population de la planète.

« Nous ne pouvons pas nous permettre un nouveau confinement »

De nombreux pays africains ont rapidement mis en place des restrictions strictes et limité les déplacements pendant de longues périodes, des mesures depuis allégées qu’il leur sera difficile de remettre en vigueur pour répondre à la résurgence, a estimé John Nkengasong, directeur de l’Africa CDC. « Nous voyons ce qui se passe en Europe au moment où ils allègent leur confinement, la façon dont le nombre de nouveaux cas a augmenté […] Certains pays envisagent un nouveau confinement, nous ne pouvons pas nous le permettre » et « nous ne pouvons pas permettre au virus de ronger les gains réalisés ces derniers mois », a-t-il prévenu.

A LIRE AUSSI:   En pleine pandémie, le président égyptien al-Sissi étend (encore) ses pouvoirs

L’Afrique du Sud recense presque la moitié des cas du continent. En Afrique du Nord, le Maroc, la Tunisie et la Libye ont également fait état d’importantes hausses des contaminations ces dernières semaines.

Comparé au début de la pandémie, les pays africains « sont désormais dans une position bien plus favorable pour relever le défi » du Covid-19, notamment car ils sont bien mieux dotés en structures de tests et en respirateurs artificiels, a néanmoins relevé Mme Moeti. Elle a néanmoins fait part de son inquiétude sur le risque que les hausses de cas en Europe se répercutent sur le continent, « au moment même où l’Afrique rouvre ses frontières aux voyageurs d’affaires et aux touristes »« Nous connaissons la connexion très étroite entre l’Afrique et l’Europe et nous savons aussi que l’importation [du virus] dans pratiquement tous les pays d’Afrique s’est faite depuis l’Europe », a-t-elle souligné.

Source : Le Monde Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Mozambique : la banque centrale propose un modèle de fonds souverain à créer avec les milliards du gaz

Read Next

Libye : à Alger, Le Drian plaide pour une plus grande implication diplomatique des pays voisins