RDC : le président Tshisekedi réclame l’annulation totale de la dette pour les pays en développement

Felix Tshisekedi

Le président congolais a sollicité dans son discours mardi devant l’Assemblée générale de l’ONU que les mesures de soutien ou de financement supplémentaire de pays en développement ne devraient être liées à aucune condition.

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a réclamé mardi devant l’Assemblée générale annuelle de l’ONU une « annulation totale » de la dette pour les pays en développement afin de les aider à surmonter la pandémie.

« Afin d’aider les pays en développement à sortir effectivement de la crise, et à mieux assurer l’après-Covid-19, les efforts de la communauté internationale devraient inclure l’annulation et autres allègements du fardeau de la dette afin de leur permettre de mieux se reconstruire », a-t-il dit.

Reconnaissant les efforts du G-20 et des institutions financières internationales, qui ont allongé les délais de paiement de la dette, la RDC les invite « à prendre d’autres décisions en vue de son annulation totale », a ajouté le président dans son discours vidéo pré-enregistré.

« Toutes ces mesures de soutien ou de financement supplémentaire de pays en développement ne devraient être liées à aucune condition », a-t-il souligné, en lançant un appel « à renforcer la solidarité internationale ».

Félix Tshisekedi a aussi demandé un renforcement « de l’assistance technique pour combattre et arrêter une maladie qui est un ennemi commun ».

La pandémie a fait plus de 966 707 morts dans le monde depuis fin décembre, et plus de 31,4 millions de cas ont été comptabilisés, selon un bilan établi mercredi par l’AFP.

Source: La Tribune Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

A LIRE AUSSI:   RDC: à Djugu, Félix Tshisekedi au chevet des populations meurtries de l'Ituri

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les délais d’inscription au plan mondial de vaccination sont d’ordre procédural: OMS

Read Next

La junte malienne exhorte les pays voisins à lever leurs sanctions