RDC: le Partenariat privilégié avec les Etats-Unis toujours sur les rails avec Biden

Le président Félix Tshisekedi


Aux États-unis, Joe Biden, le nouveau président américain et Kamala Harris, sa vice-présidente, ont prêté serment ce mercredi 20 janvier à Washington. En RDC, cette actualité est particulièrement suivie par le gouvernement. Selon ses proches, Félix Tshisekedi, qui était très proche de l’administration Donald Trump, espère que le rapport avec l’équipe de Biden sera tout aussi cordial.

Après l’annonce de la victoire de Joe Biden en novembre 2020, Félix Tshisekedi disait qu’il était prêt à continuer son Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité avec les Etats-Unis. Il avait particulièrement insisté sur le développement du commerce ainsi que les investissements.

Ce partenariat a été établi en avril 2019 lors de la première visite du président Tshisekedi aux États-Unis. Il est censé renforcer les liens entre les deux nations en mettant l’accent sur l’amélioration de la gouvernance, la promotion de la paix et de la sécurité, la lutte contre la corruption, la promotion des droits de l’homme et la création de conditions permettant des investissements américains plus importants.

Avec l’arrivée de Joe Biden, le cabinet de Félix Tshisekedi et le ministère congolais des Affaires étrangères s’attendent à un changement de style de la part de nouvelle administration, mais pas à une remise en question du partenariat.

Les autorités congolaises espèrent aussi un partenariat plus concret particulièrement dans le secteur du renseignement et de la défense. Kinshasa attend également de l’équipe de Joe Biden un appui dans son plaidoyer en faveur de la levée de l’embargo sur les armes qui frappe  le pays.

A LIRE AUSSI:   Barrage sur le Nil : l’Ethiopie veut de l’électricité, l’Egypte a peur de manquer d’eau

Sur le plan économique, à la suite du retour de la RDC aux préférences commerciales offertes par la loi sur la croissance et les opportunités économiques en Afrique (AGOA), les autorités congolaises attendent aussi plus d’investissement américain particulièrement dans l’agroalimentaire, l’éducation, la santé et les routes.

Source : Rfi Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Alliance Sahel : l’impact de 3 ans d’appui au développement