Plus de 500 morts de la Covid-19 au Sénégal

À l’hôpital militaire de campagne à Touba, le 1er mai 2020. © © Zohra Bensemra/REUTERS

Le pays recense désormais 506 morts liés à la pandémie de coronavirus.

Ce sont des chiffres qui n’ont rien de comparables avec ceux aux Etats-Unis, en Europe ou dans certains pays d’Asie. L’Afrique de l’Ouest reste relativement épargnée par la pandémie de Covid-19.

Mais le Sénégal fait face à une deuxième vague en ce début d’année 2021 et les autorités sanitaires à Dakar annoncent ce vendredi 15 janvier que le nombre de morts dépasse désormais les 500 dans tout le pays. On dénombre 506 morts depuis le premier cas découvert en mars 2020, pour 22.300 cas de contamination.

Premiers vaccins d’ici la fin mars

Pour faire face à cette remontée du nombre de malades, les autorités sanitaires comptent désormais sur la vaccination. Celle-ci devrait débuter « avant la fin du mois de mars« , a assuré à l’Agence France Presse le porte-parole du ministère de la Santé, le docteur Abdoulaye Ndiaye.

Les personnes âgées de plus de 60 ans, celles présentant des maladies chroniques ou des comorbidités et toutes celles qui de part leur fonction peuvent être exposées au virus seront vaccinées en priorité.

Une infirmière à l'hôpital Pikine de Dakar
Le calendrier de vaccination prévoit, pour la première phase, la vaccination de 3,5 millions de personnes

Plus tôt cette semaine, les autorités avaient annoncé être en discussion avec la Chine pour l’acquisition de 200.000 doses de vaccin, en plus de celles que le Sénégal recevra par le programme international Covax.

Des mesures de restriction toujours en place

Pour tenter de faire face, le Sénégal avait, dès le 6 janvier, remis un certain nombre de mesures en place. Un couvre-feu est en vigueur de 21h à 5h dans les régions de Dakar et Thiès. Dans ces deux villes, les réunions privées comme les baptèmes ou mariages sont également interdites.

A LIRE AUSSI:   L'autonomisation financière des femmes, un défi d'avenir pour tous les hommes

Le port du masque est aussi obligatoire dans les transports, l’administration ou sur les marchés. 

Source: Deutsche Welle Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’Ouganda attend les résultats de la présidentielle, Bobi Wine assure avoir « largement gagné »