Or : le canadien Roxgold veut doubler sa production en Afrique de l’Ouest

Vue de la mine de Yaramoko, au Burkina Faso, entrée en production au second semestre 2016. © Roxgold

Avec l’obtention d’un permis d’exploitation en Côte d’Ivoire, la compagnie canadienne spécialisée dans l’or prévoit de doubler sa production à l’Ouest du continent d’ici 2022.

Roxgold vient d’obtenir un permis d’exploitation minière en Côte d’Ivoire pour le développement du projet aurifère de Séguéla, au nord-ouest du pays. Cet accord avec le gouvernement ivoirien résulte des travaux de forage opérés par la compagnie entre avril 2019 et novembre 2020, qui ont permis d’augmenter la précision des ressources minérales contenues dans cette mine et désormais estimées à plus de 1 million d’onces.

Mines Roxgold

Les travaux de construction du complexe industriel sont en cours et la mise en service de cette mine est prévue en 2022. Grâce à ce nouvel actif, la compagnie minière canadienne entend doubler sa production dans la sous-région.

« Outre l’impact positif que Séguéla aura sur les communautés environnantes, le projet a le potentiel de plus que doubler notre production pour les actionnaires dans un court laps de temps et sans avoir besoin de fonds propres supplémentaires. La confirmation du permis et le début des premiers travaux est une réalisation majeure pour atteindre notre objectif de devenir le prochain producteur multi-actifs en Afrique de l’Ouest », a déclaré John Dorward, PDG de Roxgold.

L’Ouest du continent est en effet une région dans laquelle Roxgold est actif depuis quelques années, particulièrement au Burkina Faso, un pays connu pour ses importantes ressources en or. Depuis le boom de l’exploitation artisanale de cette matière première dans le pays, de plus en plus de compagnies étrangères nourrissent un certain appétit pour ce marché. Ici, Roxgold est surtout investi dans la mine de Yaramoko, au nord-ouest, dont les gisements sont considérés comme ayant les plus fortes teneurs au monde. La compagnie y a effectivement lancé la production industrielle en 2016, avec l’ambition de produire 3,1 tonnes d’or chaque année sur 10 ans.

A LIRE AUSSI:   Stratégie : les visées de l'Inde en Afrique de l’Ouest se précisent

Grâce aux évolutions récentes de ses activités en Afrique de l’Ouest, le cours de son action de Roxgold à la TSX Venture Exchange -une bourse canadienne- a bondi de 3,8% cette semaine, selon Resource World Magazine.

Ces développements en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso témoignent une fois de plus du potentiel minier de la sous-région ouest-africaine, pour ne parler que de celle-ci.

Source : La Tribune Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Covid-19 : l’Afrique s’arme contre la seconde vague