Mali : une coalition d’opposants réclame la démission du président IBK sur fond de crise sociale

Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées, vendredi, dans le centre de Bamako, galvanisées par l’imam Mahmoud Dicko.

Sur le rond-point de l’Indépendance à Bamako, la circulation s’est arrêtée. Des centaines de Maliens, prosternés sur le bitume, prient en direction de La Mecque. C’est pourtant un peu plus à l’ouest, vers la colline de Koulouba, où se niche le palais présidentiel, que s’adresse leur supplique. Ce rassemblement au cœur de la capitale, vendredi 19 juin, est moins une protestation religieuse, dans un pays à 95 % musulman, qu’une démonstration de force politique dont l’imam Mahmoud Dicko est le fer de lance. A la tête d’une coalition hétéroclite de l’opposition, ce prêcheur rigoriste très influent demande au président, Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK »), de remettre sa démission au peuple.

Si la colère couve depuis des années, elle s’est cristallisée ces derniers mois à la faveur du couvre-feu exigé par les mesures sanitaires contre le Covid-19, et des élections législatives de mars et avril, dont les résultats sont contestés. De nombreuses irrégularités ont été dénoncées dans les régions où des proches du pouvoir ont été élus. En guerre depuis 2012, le Mali affronte une économie en berne, une crise des financements scolaires, une extrême pauvreté persistante et une recrudescence des violences dans le centre et le nord du pays, où les exactions des groupes djihadistes font des milliers de victimes.

Une large coalition de l’opposition, couvrant tout le spectre politique, réunie sous le nom de « Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques » (M5-RFP), tente de donner un écho à la colère populaire. S’y rejoignent le mouvement de la société civile Espoir Mali Koura (EMK), porté par l’ancien ministre Cheick Oumar Cissoko, et appuyé par le militant anticorruption Clément Dembélé, le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), qui unit plusieurs partis et leaders d’opinion, ainsi que la Coordination des mouvements et associations des sympathisants de Mahmoud Dicko, organisation politico-religieuse tenante d’un salafisme quiétiste.

A LIRE AUSSI:   La crise malienne est aussi une crise de la pensée

« Ma porte est ouverte »

Leur première démonstration de force, vendredi 5 juin, a rassemblé des dizaines de milliers de Maliens. Son impact a forcé le président à multiplier les adresses à la nation. Dimanche 14 juin, à la télévision publique, il a promis d’« œuvrer sans relâche à ce que chaque Malien puisse se nourrir, envoyer ses enfants à l’école (…) et accéder à des services de santé de qualité ». Avant de conclure : « Ma porte est ouverte et ma main toujours tendue. » Une intervention qui n’a pas suffi à apaiser la colère d’une partie de la population.

« C’est une situation inédite au Mali, confirme Baba Dakono, chercheur à l’Institut d’études de sécurité à Bamako. Par son ampleur, elle est révélatrice de la faillite de l’élite politique qui n’a pas su lire et prévenir les éléments catalyseurs d’une situation exaspérante, où les coupures d’électricité et d’eau intempestives, les états d’urgence sécuritaires et sanitaires, ont réduit de nombreuses perspectives économiques. » S’il voit une similitude avec les manifestations de 2012 qui avaient mené à un coup d’Etat, « celle-là survient dans un contexte plus sombre où le président a déçu de nombreux espoirs par son incapacité, tant à réduire la corruption que la crise sécuritaire ».

La mort de vingt-quatre soldats maliens, pris dans une embuscade djihadiste le 14 juin, est venue s’ajouter à une longue liste de revers meurtriers subis par des forces armées maliennes démoralisées, accentuant la colère des familles. Trois jours de deuil national ont été décrétés. « On nous demande de prier pour nos frères, mais les morts s’entassent, et rien ne change », lance un manifestant portant une pancarte « Dégage IBK ».

Mardi 16 juin, le président a annoncé de nouvelles mesures : des discussions pour la formation d’un gouvernement d’union nationale, une possible dissolution du Parlement et de la Cour constitutionnelle, et une majoration de la rémunération des enseignants. « Il n’a pas tiré la leçon, il n’écoute pas les gens. Mais, cette fois-ci, il va comprendre », a rétorqué l’imam Dicko, le lendemain, devant un parterre de militants.

A LIRE AUSSI:   Libye: le G7 assume sa part de responsabilité et appelle au dialogue

Un message religieux rigoriste

Alertée par la dégradation de la situation sociopolitique malienne, une mission ministérielle de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), de l’Union africaine et de l’ONU a rencontré le premier ministre, Boubou Cissé, le chef de l’Etat et l’imam Dicko. De 2008 à 2019, ce dernier a présidé le Haut Conseil islamique malien, qui soutenait, en 2013, la candidature de son « ami IBK », négociant même pour le gouvernement la libération d’otages auprès des chefs djihadistes. Il retourne aujourd’hui contre le président l’influence gagnée auprès de lui.

« Beaucoup d’opposants qui n’auraient eu aucune chance d’accéder au pouvoir ont décidé de s’appuyer sur l’imam et ses milliers de fidèles, lui conférant un grand pouvoir politique », analyse le chercheur Aly Tounkara. A son tour, M. Dicko, qui a toujours assuré n’avoir aucune prétention gouvernante, en profite pour replacer son message religieux rigoriste au cœur de la contestation sociale. Vendredi, il a désigné deux leaders politiques, les anciens ministres Cheick Oumar Sissoko et Choguel Maïga, leur demandant de remettre au président sa lettre de démission au palais de Koulouba, où la police a employé les gaz lacrymogènes.

Source: Le Monde Afrique/Mis en : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le président du Nigéria réprimande les chefs de la sécurité pour l’aggravation de la violence

Read Next

Madagascar: l’impatience monte sur la question de la restitution des Îles Eparses