L’Ouganda détient un éminent journaliste pour des activités « subversives »

La police ougandaise a annoncé mardi avoir arrêté un journaliste éminent et un présentateur de nouvelles dans l’une des plus grandes chaînes de télévision du pays pour des activités subversives présumées.

Samson Kasumba faisait l’objet d’une enquête avec d’autres co-conspirateurs, a indiqué la police.

Des journalistes de médias indépendants dans ce pays d’Afrique de l’Est sont fréquemment la cible du gouvernement du président Yoweri Museveni et ont été emprisonnés ou interrogés pour leur travail.

Museveni, au pouvoir depuis 1986, a peu de tolérance aux critiques, disent les militants de l’opposition et des droits de l’homme, ajoutant que les accusations de crimes contre l’État sont souvent utilisées pour intimider ou faire taire les médias et les opposants politiques.

Kasumba, journaliste et journaliste à NBS Television, a été arrêté lundi alors qu’il quittait la station, a déclaré le porte-parole de la police Fred Enanga.

« Il a été arrêté hier soir alors qu’il rentrait chez lui », a déclaré Enanga lors d’une conférence de presse.

Enanga a déclaré que les détectives avaient interrogé Kasumba et effectueraient des recherches à divers endroits pour rechercher des preuves potentielles. Il a nié que l’arrestation soit liée au travail de Kasumba en tant que journaliste.

Alors que Museveni devrait largement se présenter aux élections présidentielles prévues l’année prochaine, les forces de sécurité ont réprimé les partisans de l’opposition, y compris ceux du musicien devenu législateur Bobi Wine, considéré comme le principal challenger de Museveni.

Un nombre croissant d’auteurs et de critiques en ligne de Museveni ont également été pris pour cible, souvent accusés d’infractions qui, selon les militants des droits de l’homme et les avocats, constituent une punition déguisée pour leur censure du gouvernement.

A LIRE AUSSI:   Coronavirus: la Centrafrique opte pour le porte-à-porte à Bangui

Un homme qui a écrit un livre fictif intitulé «Le barbare cupide», considéré comme critique à l’égard du gouvernement, a été traduit en justice lundi et inculpé, a révélé un acte d’accusation vu par Reuters mardi.

Kakwenza Rukirabashaija a été accusé d’avoir publié des messages sur Facebook encourageant les gens à désobéir aux mesures anti-coronavirus du gouvernement, risquant ainsi de propager l’infection.

Il était en détention militaire depuis une semaine sans accès à un avocat ou à des proches et a été inculpé après que ses avocats eurent ordonné à un juge de le traduire en justice.

Source: Reuters Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Coronavirus : que s’est-il réellement passé à la frontière tuniso-libyenne ?

Read Next

Des centaines d’entreprises sud-africaines s’inquiètent de ne pas disposer de ressources suffisantes pour faire face à la météo: enquête