L’ONU confirme l’existence d’opérations militaires rwandaises en RDC en 2020

Des soldats rwandais


L’armée rwandaise a bien mené des opérations dans l’est de la RDC en 2020. C’est ce qu’affirme le groupe d’experts des Nations unies, chargé de veiller au respect de l’embargo sur les armes, dans son dernier rapport publié par le Conseil de sécurité le 23 décembre. Des opérations en violation de cet embargo, puisque ni Kinshasa ni Kigali n’en ont notifié l’ONU.

Parmi les preuves avancées de l’existence d’opération militaires rwandaise en RDC en 2020, il y a une photo, que le groupe d’experts dit avoir consulté. Sur ce cliché, on voit un militaire congolais, identifié comme le colonel Claude Rusimbi, et 13 militaires rwandais. La photo aurait été prise vers le mois de mai, alors que le colonel Rusimbi servait, selon les experts, d’officier de liaison entre les FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo) et une unité rwandaise en opération dans le Nord-Kivu.

D’autres éléments viennent prouver cette implication rwandaise dans des opérations contre les rebelles hutus rwandais : documents, images aériennes, et une vingtaine d’entretiens avec des militaires congolais de la Monusco, des chercheurs ou des membres de la société civile.

Cette présence a pourtant été pointée du doigt par le chef d’état-major des FARDC, en avril 2020. Dans une lettre à la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, il évoque une violation de la frontière et l’installation d’un camp militaire rwandais à Kabara, dans le territoire du Nyiragongo.

Tout récemment, le 2 octobre 2020 selon le rapport, 60 membres de la FDR (Force de défense rwandaise) portant 18 mitrailleuses et quatre lance-roquettes ont été observés sur le mont Rugomba, dans le territoire de Rutshuru. 

A LIRE AUSSI:   RDC: inquiétude après l'augmentation du nombre de cas d'Ebola

Le gouvernement de RDC n’est pas sous embargo, mais tout soutien en armes ou en troupes étrangères doit être formellement notifié au comité des sanctions. Or, interrogé par les experts, le gouvernement rwandais a nié par écrit la présence de troupes sur le sol congolais. Les autorités congolaises, elles, n’avaient pas répondu au panel au moment de la publication du rapport.

Source: Rfi Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Brexit: un accord entre le Royaume-Uni et le Kenya pour préserver les échanges